Navigation – Plan du site
EPHE
Proche et Moyen-Orient anciens

Initiation au néo-égyptien

Conférence de Serge Rosmorduc
p. 1-2

Résumé

Programme de l’année 2007-2008 : I. Langue et grammaire : introduction à la grammaire du néo-égyptien ; phrase nominale — II. Étude de textes : A tale of woe.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Égyptien

Subjects :

Egyptian
Haut de page

Texte intégral

1La conférence a, comme l’année dernière, été partagée en deux volets : initiation des grands débutants d’un côté, et poursuite du cours avancé de l’autre.

I. Langue et grammaire : introduction à la grammaire du néo-égyptien ; phrase nominale

2Le cours d’initiation, comme chaque année, a essentiellement porté sur les formes autonomes, accompagné d’une étude des graphies néo-égyptiennes, sans s’interdire cependant d’évoquer lors d’études de texte des constructions plus complexes, afin de permettre aux débutants d’aborder les documents le plus rapidement possible (en pensant en particulier aux étudiants de mastère et aux doctorants). Le cours « avancé » a quant à lui porté sur les phrases nominales et les cleft sentences.

II. Étude de textes : A tale of woe

3Outre quelques ostraca et textes courts, nous avons essentiellement travaillé sur le « tale of woe ». Ce document, édité par Caminos en 1977, et récemment retraduit par J. Quack, nous semblait approprié pour conclure nos six ans de conférence à l’École pratique par un texte peu étudié. Le tale of woe est connu depuis 1890, année de la découverte du manuscrit. Il a fallu 87 ans pour qu’il fût publié, alors même que le document est en bon état. C’est qu’il regorge d’hapax, de graphies déroutantes, et que sa grammaire est pour le moins curieuse. La paléographie, ainsi que les circonstances de sa découverte, dans le même lot qu’Ounnamon, indiquent que le papyrus date au plus de la XXIe dynastie (et qu’il est éventuellement plus tardif). Sa grammaire est cependant très différente de celle des autres textes littéraires ou vernaculaires de l’époque.

4Les auteurs sur ce point sont d’avis très divergents : Caminos l’a traduit en supposant une grammaire très proche de celle de l’égyptien classique, et Quack l’a rapproché du démotique. La plupart des auteurs qui ont utilisé le tale of woe comme matériel, par exemple dans des travaux sur la littérature égyptienne, le mettent en parallèle avec Ounnamon, et donc le considèrent comme représentatif de la production du début de la troisième période intermédiaire. Ad Thijs, dans « I was thrown out from my city », SAK, 35 (2006), p. 307-326, a repris une hypothèse qui ferait de ce texte l’écho d’événements de la fin de la XXe dynastie.

5Une étude plus fouillée et plus serrée du texte est nécessaire, mais il nous est apparu que sa grammaire était proche de celle de certaines miscellanées, donc de textes littéraires du début de la XIXe dynastie. Le texte présente des séquences de sḏmf perfectifs (ce qui peut être interprété, soit comme un archaïsme, soit au contraire comme une forme très innovante). Il comporte aussi des propositions visiblement circonstancielles, mais non marquées, ce qui est en revanche un trait ancien ou archaïsant. Mais l’hypothèse d’un texte archaïsant est difficile à tenir, en raison de son contenu. Il se présente en effet sous forme d’une lettre, ce qui appellerait plutôt une langue proche du vernaculaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Rosmorduc, « Initiation au néo-égyptien », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140 | 2009, 1-2.

Référence électronique

Serge Rosmorduc, « Initiation au néo-égyptien », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 140 | 2009, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ashp.revues.org/606

Haut de page

Auteur

M. Serge Rosmorduc

Chargé de conférences, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org