Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval

Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval

Conférence de Charlotte von Verschuer
p. 409-417

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : I. Festoyer pour négocier : les banquets du Japon médiéval, XVe-XVIe siècles. — II. Le journal de voyage de Jôjin en Chine (1072-1073) San Tendai Godaisan-ki, texte en kanbun.

Haut de page

Texte intégral

I. Festoyer pour négocier : les banquets du Japon médiéval, XVe-XVIe siècles

  • 1 Morimoto Masahiro, Zôtô to enkai no chûsei, Yoshikawa kôbunkan, 2008 ; Ono Masatoshi et al. (éd.), (...)
  • 2 Ces aspects ont été traités par C. von Verschuer, « Protocole et menus des banquets officiels des x (...)

1À l’époque Muromachi (1336-1573), le shogun (chef du gouvernement militaire de la lignée des Ashikaga) était reçu, toute l’année, à des « banquets solennels » (onari) par les chefs des grandes familles guerrières, les supérieurs des monastères du Zen et les membres de la famille impériale. Ces dîners officiels donnaient lieu aux échanges entre les élites à la capitale de Kyoto, et, selon certains, jouaient un rôle non négligeable pour l’harmonie des trois pouvoirs : militaire, aristocratique et religieux1. Les onari étaient un lieu de convivialité, accompagné de spectacles musicaux et théâtraux, mais ils offraient aussi et surtout une plate-forme pour la communication politique entre les élites de la capitale. Leur mise en scène, très codifiée concernant le costume, le placement des hôtes et l’espace dans la salle de réception (zashiki) consacrée au banquet, étaient destinées à représenter la hiérarchie sociale et à mettre en évidence l’autorité du shogun2.

  • 3 Iio-taku onariki, 1466, GR chap. 409, banquet du shogun Ashikaga Yoshimasa (1436-1490) chez Iio Yuk (...)
  • 4 Miyoshi-tei onariki, p. 237-239.

2L’examen des « rapports des banquets solennels » (onariki 御成記)3 révèle en outre un aspect économique en relation avec les présents officiels remis au shogun. L’échange de toasts formels entre l’hôte et son invité d’honneur au moment de l’apéritif était, en effet, accompagné d’un rituel de remise de dons protocolaires à ce dernier. Dans la pratique, il s’agissait essentiellement de cadeaux officiels adressés au shogun par les seigneurs (daimyô), ses vassaux, ou par les supérieurs des monastères, qui organisaient les banquets. Par exemple, en 1561, le dixième jour du troisième mois, le shogun Ashikaga Yoshiteru (shogun de 1546 à 1565), s’est rendu avec sa suite à la résidence de Miyoshi Yoshinaga (1542-1563). Lors des trois toasts formels de l’apéritif, les dons (hikidemono) suivants ont été exposés à son intention sur la galerie extérieure de la salle de réception : une armure d’apparat, sept sabres, une boîte à encens de Chine en laque sculpté, quatre plateaux chinois en laque sculptée, cinq costumes en soie grège, cinq rouleaux de satin de soie, trois livres de fil de soie, un diptyque de rouleaux de peinture du peintre Mu Qi (1210-1275) de la Chine des Song (960-1269), une flûte et dix mains de papier de haute qualité. Ont été ajoutés trois mille ligatures (hiki 疋 de 10 pièces de cuivre) en guise d’une armure de combat avec un arc et des flèches. Deux chevaux destinés au shogun étaient guidés dans le jardin en face de la salle de réception4. Ces dons correspondaient au standard des bénéfices du shogun lors des dîners officiels, voir le tableau 1.

Armes

a / b / c / d / e / ligatures

armure haramaki 腹巻 / cérémonielle / Japon/

1 / 0 / 0 / 1/ 1 / 8 500 (1429) n. 1

armure de combat yoroi 鎧 / donné en monnaie / Japon /

1 / 1 / 1 / 0 / 0 / moins de 3 000 (1561) n. 2

arc yumi 弓 / donné en monnaie / Japon /

1 / 1 / 1 / 0 / 0 /

flèches de combat soya 征矢 / donné en monnaie / Japon /

1 / 1 / 1 / 0 / 0 /

sabres tachi 太刀 / avec signatures / Japon /

7 / 9 / 3 / 4 / 6 / 43 (1439), 1 000 (1561) n. 3

sabre court uchigatana 打刀 / avec signature / Japon

/ 0 / 0 / 0 / 0 / 1 /

dague koshimono 腰物 / avec signature / Japon /

0 / 0 / 0 / 1 / 1 /

sabre en argent ginken 銀剣 / donné en monnaie / Japon

0 / 1 /1 / 0 / 0 /

chaval uma 馬 / avec ou sans selle / Japon /

2 / 2 /1 / 2 / 1 /

Laques chinoises

boîte à encens kôgo 香合/ en laque rouge sculpté / Chine /

1 / 1 / 1 / 1 / 1 / 5 000 (1439) n. 4

boîte hako 箱 / en laque rouge sculpté / Chine /

0 / 2 / 0 / 0 / 1 /

boîte à confiseries jikirô食籠/ en laque rouge sculpté / Chine

/0 / 0 / 0 / 0 / 1 / 1 667 (1436) n. 5

soucoupe yûtekidai油滴/ en laque rouge sculpté / Chine /

0 / 0 / 0 / 0 / 1 /

plateau bon 盆 / en laque rouge sculpté / Chine /

4 / 0 / 2 / 0 / 9 / 1 000 (1466) n. 6

étui à remèdes inrô / en laque rouge sculpté / Chine /

0 / 0 / 0 / 0 / 1 /

Soieries

costume cérémoniel gofuku 御服 / en satin / Japon /

0 / 0 / 0 / 3 / 5 /

costume kosode 小袖 / en soie grège / Japon /

5 / 0 / 0 / 0 / 5 /

soie grège nerinuki 練貫 / en rouleaux / Japon /

5 / 5 / 5 / 0 / 0 / 260-420 (1439) n. 7

satin donsu 緞子 / en rouleaux / Chine /

5 / 5 / 3 / 0 / 3 / 500 (1433) n. 8

fil de soie kara ito 唐糸 / en livres / Chine

3 / 0 / 0 / 2 / 0 /

Art et artisanat

peinture à l’encre e 絵 / artiste des Song/ Chine /

2 / 1 / 0 / 3 / 3 / 5 000+ n. 9

bol à thé yûteki 油滴 / céramique tenmoku / Chine /

0 / 0 / 0 / 0 / 1 /

flûte fue 笛 / flûte trabersière / Japon /

1 / 0 / 0 / 0 / 0 /

vase à fleurs kabin 花瓶 / bronze ou ceramique / Japon /

0 / 0 / 0 / 0 / 1 /

flacon à eau mizuire 水入 / bronze / Japon /

0 / 0/ 0 / 0 / 1 /

papier hikiawase 引合 / haute qualité, mains / Japon/

10 / 10 / 10 / 0 / 0 /

Monnaie (devise chinoise)

valeur d’une armure, un arc, flèches : 3 000 ligatures hiki de monnaie en1561,

valeur d’une armure, un sabre d’argent, un arc, flèches : 5 000 hiki en 1522 et 1524

cachet de reconnaissance orei au shogun : 5 000 hiki en 1466.

(a) Miyoshi-tei onariki, 1561 p. 237-239 ; (b) Hosokawa-tei onariki, 1524, p. 227-228 ; (c) Gion-e gokenbutsu onariki, 1522 p. 353 ; (d) Hatakeyama-tei onariki, 1518, p. 606 ; (e) Iio-taku onariki, 1466 p. 599-600, 602.

Les prix sont connus pour quelques cas particuliers.

n. 1. Mansai jugô nikki Eikyô 1.11.12. (1429), Sakurai 2002, p. 188. — n. 2. Miyoshi-tei onariki, p. 239. — n. 3. Kaneko 1998, p. 204 (valeur en 1439) ; Miyoshi-tei onariki, p. 249 (valeur en 1561). En 1433, 3 050 sabres exportés en Chine ont coûté 100 hiki et étaient vendus en Chine pour 1 000 hiki, voir C. von Verschuer 2014, p. 152. — n. 4. Kaneko 1998, p. 204, donne une liste de cadeaux en 1439, de Uesama onari kata shisoku sanyôjô 上様御成方四足算用状, contenue dans Tôji hyakugô monjo. — n. 5. Kanmon nikki Eikyô 8.8.12 (1436), 13., 15., et Eikyô 8.11.18., cité dans Sakurai 2002 p. 126. — n. 6. Daijôin jisha zôjiki 大乗院寺社雑事記, Kanshô 7.2.27. (1466), cité dans Gunsho kaidai, vol. 3, p. 153. — n. 7. Kaneko 1998, p. 204, reproduit une liste de cadeaux en 1439, Uesama onari kata shisoku sanyôjô. — n. 8. Mansai jugô nikki Eikyô 5.8.29. (1433) ; voir Morimoto 2008, p. 70. — n. 9. Prix inconnu, mais de telles antiquités peuvent être estimées à au moins 5 000 ligatures, comparé à la valeur d’une armure cérémonielle japonais ou d’une boîte à encens en laque chinoise.

  • 5 Addition des articles suivants : une armure de 8 500 hiki, une boîte à encens de 5 000 hiki, cinq s (...)

3Les prix cités ci-dessus sont l’objet de transactions ponctuelles dans des circonstances spécifiques. Ils ne donnent qu’un ordre de grandeur. Il n’existait pas de prix du marché et les fluctuations temporaires et circonstancielles étaient importantes. Les armures et les armes, ainsi que les costumes de soie, le papier et certains objets de décor étaient de fabrication japonaise, tandis que les laques, le satin et les peintures étaient importés de Chine. Les peintures chinoises garnissaient les salles de réception des résidences shogunales. Ces œuvres d’art, ainsi que l’armure d’apparat et la boîte à encens en laque sculptée, constituaient les cadeaux les plus précieux reçus par le shogun lors des banquets. L’ensemble des cadeaux reçus par le shogun à chaque banquet peut être estimée à une valeur marchande totale de plus de 37 750 ligatures hiki de monnaie5. Mais il ne s’agit que d’un repère de valeur car ces précieux objets d’art et d’artisanat n’étaient pas commercialisés. Ils entraient dans les collections d’art du shogun, garnissaient la résidence shogunale ou servaient de dons, de rétributions ou de paiements en des occasions très variées.

  • 6 Kaneko Hiraku, Chûsei buke seiken to seiji chitsujo, Yoshikawa kôbunkan, 1998, p. 182-183, cite Mur (...)
  • 7 1 ligature hiki 疋 = 10 pièces mon 文, 1 ligature kanmon 貫文 = 1 000 pièces, 1 kanmon = 100 hiki.
  • 8 Kaneko 1998, p. 224-225, se fond sur les entrées du journal Inryoken nichiroku ; 107 banquets est l (...)

4Par contre la monnaie réceptionnée par le shogun entrerait directement dans le trésor de son gouvernement (bakufu). Il s’agissait de monnaie chinoise importée qui était le seul numéraire au Japon où les frappes domestiques n’ont commencé qu’à la fin du xvie siècle. Les sommes se montaient à 3 000 ou 5 000 ligatures hiki, avec une moyenne de 4 000 ligatures à chaque dîner organisé par les seigneurs de l’élite guerrière. Les monastères eux-aussi consacraient des fonds importants aux banquets donnés en l’honneur du shogun. Les supérieurs des grands temples Zen de la capitale de Kyoto ou des monastères de l’ancienne capitale de Nara investissaient des sommes importantes pour les dons monétaires. Pour l’année 1429, par exemple, les récits de vingt banquets monastiques mentionnent les sommes offertes à Ashikaga Yoshinori (shogun de 1429 à 1441)6. Elles se montaient au total à 1 975 ligatures kanmon (de mille pièces par ligature) en une année7, ou une moyenne de 98,7 kanmon par banquet. Dix ans plus tard, en 1439, le shogun fut invité à non moins de 107 banquets monastiques organisés en son honneur par vingt-six temples bouddhiques8. Cette année-là, le shogun a sans aucun doute recueilli un bénéfice considérable.

  • 9 Imatani Akira, Muromachi bakufu kaitai katei no kenkyû, Iwanami shoten, 1985, p. 38-49 ; Kenneth Al (...)

5C’est la prospérité financière des monastères qui permettait ces dons généreux. Les hôtes religieux en 1439 étaient les temples les plus prestigieux de la capitale, à savoir les grands monastères Zen fondés par les premiers shoguns eux-mêmes, le Shôkokuji, le Tenryûji et le Kenninji, ainsi que les monastères Nanzenji et Daitokuji avec leurs temples affiliés. Depuis la fondation du Shôkokuji en 1382 par le shogun Ashikaga Yoshimitsu (1368-1394), les « cinq montagnes » gozan, hautes institutions du Zen, étaient placées sous le patronage shogunal. Les monastères vivaient de leurs nombreux domaines. Mais, appuyés par la faveur shogunale, ces monastères s’engageaient en outre activement dans les affaires commerciales au point de devenir des potentats économiques. Plus encore que les grandes maisons de fabricants de la capitale, les temples soutenaient le shogun par d’importantes contributions fiscales.9 Ils étaient des mécènes shogunaux et assumaient le rôle de financiers du gouvernement shogunal. Les importantes dotations monétaires lors des banquets n’étaient qu’un geste considéré comme un dû par les monastères à l’égard du souverain militaire.

  • 10 Les références pour cette estimation sont : 28 banquets offerts par les seigneurs guerriers institu (...)
  • 11 Suzanne Gay, The Moneylenders of Late Medieval Kyoto, University of Hawai’i Press, 2001, p. 91-92, (...)
  • 12 Estimation de S. Gay 2001, p. 91-92.
  • 13 À côté du capital financier tiré des banquets, le capital culturel formé par les dons d’objets d’ar (...)

6Les sommes d’argent recueillies par le shogun dans les dîners représentaient une part non négligeable dans son trésor. On peut estimer à entre soixante et quatre-vingt-dix le nombre des dîners officiels shogunaux par an.10 Par exemple, avec un bénéfice moyen de 40 ligatures kanmon (ou 4 000 hiki) dans 35 dîners offerts par les seigneurs guerriers, et de 98,7 kanmon dans 40 banquets monastiques par an, la recette annuelle du shogun en dons monétaires serait de 5 348 ligatures kanmon (1 400 plus 3 948 kanmon) par an, chiffre qui représente plutôt le minimum. On peut comparer ces chiffres avec les recettes fiscales. En l’année 1441 elles s’étendaient à 3 532 kanmon uniquement pour les taxes des fabricants de saké de la capitale.11 À cette époque les recettes fiscales des fabricants de saké et des établissements de crédit étaient sensés produire ensemble une rentrée de 6 000 kanmon12. On remarque que les banquets représentaient pour le budget shogunal un bénéfice comparable aux impôts commerciaux. De manière générale les ressources du trésor shogunal se composaient, au xve siècle, des revenus domaniaux, des taxes sur les barrières, des impôts commerciaux, des impôts monastiques et du commerce international13. En conclusion, il convient à présent d’ajouter les revenus tirés des banquets parmi ressources annuelles du trésor shogunal à l’époque de Muromachi.

II. Le journal de voyage de Jôjin en Chine (1072-1073) San Tendai Godaisan-ki, texte en kanbun

7En 1072, le moine japonais Jôjin (1011-1081) s’embarque pour faire un pèlerinage en Chine. Pendant un an et demi il tient un journal où il relate ses pérégrinations à travers le pays. Il visite non seulement les montagnes sacrées, mais aussi la ville portuaire de Hangzhou et la capitale chinoise, Kaifeng. Notre traduction a eu pour objet le séjour du moine à Kaifeng où il relate ses relations avec la cour impériale chinoise et les grands monastères de la capitale. Dans son journal, Jôjin relate, au quatrième fascicule, son audience impériale avec les détails de la gestion, des préparatifs et de la cérémonie. Le protocole des audiences est connu des textes administratifs chinois, mais le récit de Jôjin constitue la seule description matérielle connue de la Chine des Song du Nord (960-1127). Nous donnons ici la traduction de l’entrée du journal de voyage du 22e jour du 10e mois, 1072, à savoir la journée de l’audience au palais impérial. Jôjin est arrivé à la capitale chinoise dix jours plus tôt avec sept disciples et un interprète chinois du Japon. Il a été accueilli et logé au Centre de traduction de sûtra Zhuanfayuan 伝法院 attaché au monastère Xingguosi 興国寺.

22e jour (10e mois, 1072)14

  • 14 San Tendai-Godaisan-ki 参天台五臺山記 « Journal de voyage aux monts Tiantai et Wutai », par Jôjin 成尋, (107 (...)

8Beau temps. À l’heure du tigre (3 h-5 h), j’ai terminé ma lecture du sûtra [du Lotus] de la deuxième heure monastique. Au premier coup de l’heure du lièvre (5 h), nous avons loué neuf chevaux pour nous rendre au palais, huit personnes (mes disciples et moi-même) et mon interprète. Nous sommes entrés par le premier grand portail et descendus de cheval près de la galerie. Il y avait une salle d’accueil pour se reposer qui était garnie de tentures. Nous y avons fait une pause. Puis, nous avons franchi la deuxième porte, précédés par un fonctionnaire de l’office des Hôtes étrangers. En même temps, plusieurs centaines de chevaliers sont également entrés par cette porte. Ils saluaient les hôtes éminents, accueillis au palais. Ensuite nous avons franchi la troisième grande porte et avons atteint, après plusieurs lieues, la porte Donghuamen 東華門. Nous nous sommes reposés dans la galerie du sud. Tentures et stores garnissaient la pièce meublée de chaise. On nous y a de plus servi une collation. Plusieurs milliers de personnes étaient venues voir cela [de l’extérieur]. Au deuxième coup de l’heure du dragon (8 h), deux fonctionnaires de l’office des Hôtes étrangers sont venus à notre rencontre pour nous enseigner le protocole concernant le vivat « vive l’empereur » lorsque l’on se tient debout face à sa majesté gozen 御前. Au troisième coup de l’heure du dragon (9 h), nous avons passé la quatrième porte, précédés par les fonctionnaires de l’office des Hôtes étrangers et d’un interprète. Nous sommes finalement entrés dans la cour [principale]. Nous avons vu deux personnes qui faisaient une triple révérence dansante, puis une autre triple révérence puis une troisième triple révérence. Du côté est s’est avancé un homme qui a clamé « ah ». À la suite de cela chacun [des personnes alignées en cet endroit] a fait une triple révérence. Ceux revêtus d’une robe écarlate, étaient-ils les vice-préfets de toutes les préfectures ( ?). Le souverain se trouvait à l’intérieur du pavillon Yanhedian 延和殿, face au nord. Derrière (le pavillon ?) à droite et à gauche, étaient alignées plusieurs centaines de personnes dont des dizaines d’archers munis de carquois. Le souverain se trouvait sur un trône d’argent et frôlait de ses pieds un escabeau lui-même en argent. Il était vêtu d’une robe écarlate (erreur pour « jaune » dans le manuscrit).

9Nous, les Japonais, étions tous ensemble alignés au centre de la cour [devant le pavillon Yanhedian]. Plusieurs centaines de personnes, des côtés de droite et de gauche [du pavillon], étaient alignées en rangées tournées vers le souverain. Puis nous, les moines, avons quitté le centre de la cour et nous sommes dirigés vers le sud et tenus debout face à l’ouest, tous les huit sur une rangée. Un homme a clamé d’une voix allongée « ouverture de l’audience ». Un interprète s’est avancé, il s’est incliné et a clamé : « C’est l’auguste souverain qui règne sur des myriades de foyers ». À la suite de cela, nous, les moines, avons tous incliné la tête puis clamé « vive l’empereur, vive l’empereur ». Ensuite une voix allongée se fit entendre pour annoncer : « Recevez vos cadeaux ». Du côté ouest, un homme passa devant nous vers l’est en nous présentant des vêtements et de la soie. Nous avons à nouveau clamé la même chose. Puis la voix allongée a proclamé : « Vous pouvez vous retirer, votre mission est terminée ». Et nous avons encore clamé la même chose. Puis un envoyé impérial, intendant du palais intérieur, est venu et nous a transmis un ordre impérial disant que nous pouvons aller visiter temples [de la capitale] et allumer de l’encens. Ensuite un autre envoyé impérial est venu pour nous annoncer que nous sommes autorisés à aller au mont Wutai. Enfin nous nous sommes retirés. Nous nous sommes reposés dans une salle d’accueil et nous avons pris une collation de jeûne. Il est impossible d’énumérer la variété des mets délicieux. Un envoyé impérial, courtisan, est venu s’assoir avec nous et assister à notre repas. [Ensuite,] comme au début, nous sommes sortis par les deux portes du palais et c’est à cheval que nous sommes retournés au Zhuanfayuan, Centre de traduction de sûtra [où nous habitions]. Nous avons vu alors un marché avec de nombreux étalages. Il est impossible de décrire les innombrables objets d’or, d’argent et de pierres précieuses que nous avons vus. Le département de l’est dongfu et le département de l’ouest xifu [du palais impérial] sont à plusieurs lieues l’un de l’autre. Nous avons fait le tour de tous les grands pavillons et les galeries.

10[Après notre retour] une voiture avec les gratifications que nous avions reçues est arrivée pour nous les livrer au Zhuanfayuan. Elles sont détaillées sur le bordereau que voici :

« Jôjin, moine instructeur du grade de grand maître transmetteur de la Loi, supérieur du temple Daiunji du Japon : pour sa mission [auprès du trône], a reçu comme gratifications, provenant de nos magasins des gratifications des audiences, les articles suivants : — un habit pourpre à effets de gaze en fils d’or fait de trois lés (?) ; — sept habits monastiques bleus foncé à effets de gaze en fils d’or faits de trois lés (?) ; — 160 rouleaux de taffetas de soie blanche. Ci-dessus, il s’agit du détail des gratifications évoquées plus haut. Les articles mentionnés ont été livrés et réceptionnés. Ils sont au complet. Si par la suite, [le bénéficiaire] y trouve une différence [avec ce qu’il attendait], il devra accepter d’être mis en faute, sans discussion. Ce certificat correspond aux faits consignés ci-dessus. Nous avons l’honneur de vous en faire part.
Année, mois, jour »

11J’ai donné neuf cents pièces de monnaie à nos palefreniers, c’est-à-dire cent pièces pour chacun. À l’heure du bélier (13 h-15 h), sont venus trois scribes du Zhuanfayuan pour m’apporter un édit impérial. L’édit dit ceci :

« Recevez cet ordre impérial. Nous avons désigné un envoyé officiel pour escorter le moine japonais Jôjin et ses sept compagnons, accompagnés de Huixun (du Zhuanfayuan), à partir du 23e jour, dans chaque temple (de la capitale) afin d’allumer de l’encens : le Daxiangguosi 大相国寺, le Taiping Xingguosi 太平興国寺, le Qisheng chan’yuan 啓聖禅院, le Xianshengsi 顕聖寺, le Gancita 感慈塔, le Kaibaosi 開宝寺 et le Fushengyuan 福聖院.
Ladite disposition concerne le traducteur Huixun de votre temple [Zhuanfayuan], ainsi que le moine japonais Jôjin avec ses compagnons ; elle est assortie d’une demande, adressée à chaque lieu, de les guider dans leur temple selon cet ordre.
Année, mois, jour,
Contrôleur du jardin de simples du palais, intendant à la disposition de l’empereur au service du Palais intérieur, [chargé des relations avec le] Zhuanfayuan
Li Shun[ju] 李舜挙 (?-1082) » cachet

12Bitchû (Okayama), j’ai fait un rêve dans lequel j’ai reçu une étole ce cette sorte au palais impérial de la capitale japonaise. À l’époque, après m’être réveillé, j’ai pensé que cela était un signe et que je devais recevoir une étole pourpre dans le pays des Tang. Aujourd’hui c’était comme dans mon rêve de l’année dernière. Et mes sept disciples eux aussi ont reçu des étoles bleu foncé et des chasubles. Nous avons reçu, tous les huit, chacun vingt rouleaux de huit toises de soie large de belle qualité. Et notre interprète a reçu trois ligatures de pièces de monnaie. Nous tous d’un commun accord avons en plus donné deux rouleaux de soie à l’interprète. Cela faisait seize rouleaux pour lui. Pour mes deux collègues (moines en service au palais du Japon) et les deux moines juniors de notre groupe, une audience impériale était tout à fait extraordinaire. Mais tous ont été gratifiés pareillement de vingt rouleaux et de costumes. D’emblée nous sommes tous devenus riches. N’est-ce pas comme des mouches métamorphosées en cheval prodigieux !

13À l’heure du singe (15 h-17 h), j’ai reçu une invitation du moine Trois corbeilles Fancai. Je lui ai donc rendu visite. Il m’a offert un festin composé de confiseries exquises servies dans dix coupes en argent et quelques boissons. La cour avait envoyé aussi seize tapis de feutre, deux pour chacun des moines, mesurant quatre pieds de large et sept pieds de long. Huit étaient teints en violet et emballés dans une soie bleue. C’était comme les kimono de nuit rembourrés du Japon. Nous avons encore reçu huit tentures en soie bleue que l’on pouvait suspendre par quatre pairs en guise de dais. C’était somptueux. Ensuite j’ai accroché d’autres tentures à l’extérieur (de ma cellule ?) sur trois travées ; c’était aussi somptueux. J’ai donné quatre cents pièces de monnaie au messager. Les moines du Zhuanfayuan sont tous venus pour me féliciter de mon audience. Le moine Trois corbeilles m’a dit : « Même quand deux moines Trois corbeilles sont venus de l’Inde occidentale, l’année dernière, ils n’ont pas été reçus en audience. Ils sont seulement allés au mont Wutai. Mais vous avez une relation privilégiée avec le souverain. » À l’heure chien (19 h-21 h), le moine Trois corbeilles nous a envoyé, à tous ensemble, du thé et des confiseries. J’ai fait mes prières aux sept heures monastiques et lu le fascicule Quatre du sûtra du Lotus. Le fonctionnaire de l’office des Hôtes étrangers (qui nous avait accompagnés) est venu. Je lui ai donné deux pièces de taffetas de soie et chacun des huit moines japonais lui en donné une chacun. (fin du 22e jour)

Haut de page

Notes

1 Morimoto Masahiro, Zôtô to enkai no chûsei, Yoshikawa kôbunkan, 2008 ; Ono Masatoshi et al. (éd.), Utage no chûsei, Kôshi shoin, 2008 ; C. von Vershuer, « Jûroku seiki no enkai girei kara mita Shuhanron emaki », dans Itô Nobuhiro et al. (éd.), Shuhanron emaki eiin to kenkyû, Kyoto, Rinsen Shoten, 2015, p. 347-369.

2 Ces aspects ont été traités par C. von Verschuer, « Protocole et menus des banquets officiels des xiie-xvie siècles », Annuaire. EPHE. SHP, 144e année (2011-2012), 2013, p. 335- 337.

3 Iio-taku onariki, 1466, GR chap. 409, banquet du shogun Ashikaga Yoshimasa (1436-1490) chez Iio Yukitane 飯尾宅御之種 (1423-1473) ; — Hatakeyama-tei onariki, 1518, banquet du shogun Ashikaga Yoshitane (1466-1523) chez Hatakeyama Naomitsu 畠山順光 (dates inconnues) ; — Ise no kami Sadatada-tei onariki 伊勢守貞忠亭御成記, 1523, GR chap. 409, le shogun Ashikaga Yoshiharu (1511-1550) chez Ise Sadatada 伊勢貞忠 (1483-1535) ; — Hosokawa-tei onariki, 1524, le shogun Ashikaga Yoshiharu chez Ise Tadamasa 細川尹賢 (dates inconnues) ; — Gion-e gokenbutsu onariki 祇園会御見物御成記, 1522, GR chap. 409, Ashikaga Yoshiharu au palais shogunal de la Troisième Avenue Sanjô-tei ; — Miyoshi-tei onariki, 1561, ZGR chap. 662 (Miyoshi Chikuzen no kami Yoshinaga no ason-tei e onari no ki, GR chap. 409), Ashikaga Yoshiteru (1536-1565) chez Miyoshi Yoshinaga ; — Asakura-tei onariki, 1568, Ashikaga Yoshiaki (1537-1597) chez Asakura Yoshikage 朝倉義景 (1533-173) ; — Bunroku sannen Maeda-tei onariki 文禄三年前田亭御成記, 1594, ZGR chap. 663, Ashikaga Yoshiaki chez les Maeda. Voir une liste de rapports onariki du xve siècle dans Kaneko Hiraku, « Utage no kiroku to shite no onariki to chakaiki », dans Ono 2008, p. 201.

4 Miyoshi-tei onariki, p. 237-239.

5 Addition des articles suivants : une armure de 8 500 hiki, une boîte à encens de 5 000 hiki, cinq sabres de 1 000 hiki, cinq plateaux de 1 000 hiki, cinq pièces de soie grège de 350 hiki, cinq pièces de satin chinois de 500 hiki, deux peintures chinoises de 5 000 hiki, les valeurs des autres articles étant inconnues.

6 Kaneko Hiraku, Chûsei buke seiken to seiji chitsujo, Yoshikawa kôbunkan, 1998, p. 182-183, cite Muromachi dono gogan’ennen-tô nikki 室町殿御翫延年等日記 et Eikyô gannen kubô gogekôki 永享元年公方御下向記, deux manuscrits conservés aux National Archives, Naikaku Bunko. Ce chiffre concerne uniquement les dons d’argent, sans compter les présents d’objets d’art et d’artisanat qui étaient de même type que ceux offerts pas les seigneurs guerriers.

7 1 ligature hiki 疋 = 10 pièces mon 文, 1 ligature kanmon 貫文 = 1 000 pièces, 1 kanmon = 100 hiki.

8 Kaneko 1998, p. 224-225, se fond sur les entrées du journal Inryoken nichiroku ; 107 banquets est le chiffre calculé par C. von Verschuer à partir du tableau de Kaneko.

9 Imatani Akira, Muromachi bakufu kaitai katei no kenkyû, Iwanami shoten, 1985, p. 38-49 ; Kenneth Alan Grossberg, Japan’s Renaissance The Politics of the Muromachi Bakufu, Cornell University, 2001, p. 83-86.

10 Les références pour cette estimation sont : 28 banquets offerts par les seigneurs guerriers institués dans le protocole annuel du shogun (Nakai Atsushi, « Kyôen bunka to hajiki », dans Ono Masatoshi et al. (éd.), Utage no chûsei, Kôshi Shoin, 2008, p. 126, 127) ; plus dix autres banquets (voir plus haut, n. 3) ; plus 20 banquets au minimum en 1429 ; et environ 107 banquets en 1439. Les banquets faisaient partie de l’activité politique du shogun qui se déroulait principalement lors de ses déplacements quotidiens, destinés à entretenir les relations avec les milieux économiques, politiques et religieux de la capitale, voir Imatani 1985, p. 41.

11 Suzanne Gay, The Moneylenders of Late Medieval Kyoto, University of Hawai’i Press, 2001, p. 91-92, cite Ninagawake monjo no 29, Kakitsu 1.11.20. (1441). En réalité le paiement réel n’atteignait, en 1441, que 880,6 kanmon de la part de 327 brasseurs de saké, ce qui représentait un quart des 3 532 kanmon du total dû annuel.

12 Estimation de S. Gay 2001, p. 91-92.

13 À côté du capital financier tiré des banquets, le capital culturel formé par les dons d’objets d’art et d’artisanat reçus du shogun lors des banquets accusait un profit tout aussi considérable : ces objets servaient d’étalon pour promouvoir le prestige du shogun face aux milieux aristocratiques et religieux et parmi sa propre société guerrière. Voir C. von Verschuer, « The Dining Shogun : Food and Finances of the Muromachi Banquets », article soumis pour publication à la revue Monumenta Nipponica.

14 San Tendai-Godaisan-ki 参天台五臺山記 « Journal de voyage aux monts Tiantai et Wutai », par Jôjin 成尋, (1072-1073), livre 4, 22e jour du 10e mois, 1072, coll. Dainihon bukkyô zensho, vol. 115, 1922, p. 72, 73 ; manuscrit de 1220, Tôfukuji, fac-similé, Tôyôbunko, 1937 ; San Tendai-Godaisan-ki, éd. Fujiyoshi Masumi, 2 vol. , Kansai daigaku shuppanbu, 2007, 2011, vol. 1, p. 462-471.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte von Verschuer, « Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 409-417.

Référence électronique

Charlotte von Verschuer, « Histoire et philologie du Japon ancien et médiéval », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 04 octobre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ashp.revues.org/2011

Haut de page

Auteur

Charlotte von Verschuer

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org