Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale

Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale

Conférence de François-Xavier Dillmann
p. 207-213

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : I. Recherches sur la guerre dans la Scandinavie ancienne et médiévale (suite). — II. Les sources de la bataille de Stiklestad : lecture et explication de textes norrois (strophes scaldiques et récits en prose).

Haut de page

Texte intégral

1Dans le prolongement des conférences de l’an dernier, on s’est proposé cette année d’étudier plusieurs questions concernant la bataille qui se déroula à Stiklestad, dans la province du Trøndelag (Norvège), au cours de l’été 1030. Après avoir rappelé que ce combat mit aux prises le roi Olaf Fils Harald (v.isl. Óláfr Haraldsson) qui, à la tête de forces recrutées en grande partie en Suède, tentait de reprendre possession de son pouvoir, et un vaste rassemblement de paysans et de chefs locaux, originaires de la plupart des provinces du pays, l’importance de cette bataille dans l’histoire politique et religieuse de la Norvège médiévale a été soulignée : ce fut en effet au cours de ce combat qu’Olaf Fils Harald trouva la mort, événement qui fut suivi, un an plus tard environ, de la proclamation de la sainteté du défunt, lors de la translatio de sa dépouille dans l’église Saint-Clément, à Nidaros (l’actuelle métropole de Trondheim).

  • 1 Rappelons que la Saga Óláfs konungs hins helga, qui doit avoir été composée vers 1225-1230, fut ens (...)

2L’examen de l’ensemble des sources écrites – tant latines que norroises – qui nous ont conservé le souvenir de cette bataille a tout d’abord montré que seule la Saga Óláfs konungs hins helga (ou Histoire du roi Olaf le Saint), œuvre qui est générale-ment attribuée à l’historien et poète islandais Snorri Sturluson1, en offrait un récit un tant soit peu détaillé, et le fait a été expliqué par la connaissance, beaucoup plus étendue que celle de ses prédécesseurs immédiats, que son auteur possédait des strophes scaldiques qui furent composées dans les années ou les décennies qui suivirent la mort d’Olaf Fils Harald. Parmi ces dernières figure au premier chef l’Erfidrápa Óláfs helga (ou Poème funèbre sur Olaf le Saint) du scalde Sigvat Fils Thord (v.isl. Sigvatr Þórðarson) qui, pour une large part, décrit la dernière bataille que livra le futur saint Olaf.

  • 2 Cf. Ordbog over det norrøne prosasprog, s.v. borg, avec nombre d’exemples qui illustrent sans conte (...)
  • 3 Guerre des Gaules, I, 52 (éd. et trad. Constans, Paris, 1926, p. 43), cf. I, 25 (au sujet des Gaulo (...)
  • 4 Sur ce point, voir notamment Simon Keynes, « The Historical Context of the Battle of Maldon », dans (...)
  • 5 Dans The Battle of Maldon, vers 102, 242 et 277 (éd et trad. Scragg, dans Id. [dir.], The Battle of (...)
  • 6 Le même composé est attesté en vieux-haut-allemand sous les formes sciltburg et skiltburg.
  • 7 Vers 3118 (ofer scild-weall, éd. et trad. Crépin, Paris, 2007, p. 234-235) lors du récit des funéra (...)
  • 8 Scène 51, cf. Lucien Musset, La Tapisserie de Bayeux. Œuvre d’art et document historique, La Pierre (...)
  • 9 Bjørn Hougen, « Osebergfunnets billedvev », Viking, IV, 1940, p. 114-115 ; Anne Stine Ingstad, dans (...)
  • 10 Notamment par Gustav Neckel, « Hamalt fylkia und svínfylkia », Arkiv för nordisk filologi, XXXIV, 1 (...)

3Les premières conférences ont été consacrées à l’étude du terme skjaldborg, qui est utilisé par l’auteur au chapitre ccvi de l’Óláfs saga ins helga pour désigner un élément essentiel de la formation de combat que le roi Olaf ordonna avant le début de la bataille. En premier lieu, il a été rappelé que le second élément de ce mot composé (le féminin borg) signifie d’abord, parmi d’autres acceptions, « mur défensif, muraille, rempart2 », et que c’est bien un tel mur qu’auront formé, avec leurs boucliers tenus à la fois droits et étroitement serrés devant eux, les combattants d’élite qui furent désignés par Olaf pour le protéger au cours du combat qui s’annonçait. Cette formation, qui avait été notée par les auteurs grecs et latins au sujet des guerriers de plusieurs peuples germaniques (p. ex. César dans la relation du combat qui l’opposa aux forces d’Arioviste en 58 avant notre ère 3), fut utilisée lors de la bataille de Maldon (dans l’Essex) qui mit aux prises, au cours de l’été 991, des combattants anglais et des envahisseurs scandinaves (parmi lesquels se trouvait sans doute le futur roi de Norvège Olaf Fils Tryggvi4) : selon le récit que nous en a laissé peu après un poète anglo-saxon5, qui emploie à son sujet les composés wihaga (littéralement : « haie du combat »), scyldburh (« rempart de boucliers6 ») et bordweall (littéralement : « mur de boucliers »), chacun des deux camps adopta cette tactique, laquelle est mentionnée également dans d’autres sources anglo-saxonnes, notamment le poème héroïque Beowulf7. La skjaldborg a été représentée sur la Tapisserie de Bayeux à propos des housecarles de l’armée du roi Harold lors de la bataille de Hastings8, de même que sur l’un des fragments de broderie qui furent mis au jour lors des fouilles du navire funéraire d’Oseberg en Norvège9. Souvent comparée à la testudo des légions romaines, la skjaldborg s’en distinguait cependant dans la mesure où, le plus souvent, la formation scandinave ne présentait pas de voûte (formée par les boucliers joints au-dessus du groupe des guerriers) pouvant faire penser à la carapace d’une tortue. En outre, la skjaldborg semble avoir été conçue plutôt comme une mesure défensive que comme un moyen offensif, même si cette distinction pouvait s’effacer au cours du combat. — À en juger par la relation que donne Snorri Sturluson des différentes phases de la bataille de Stiklestad, en particulier au chapitre ccxxvi de l’Óláfs saga ins helga, le « rempart de boucliers » dont la formation fut ordonnée par Olaf Fils Harald dans ces circonstances aura été disposé un peu en retrait de la toute première ligne (v.isl. ǫnverð fylking) et non pas sur cette même ligne, comme cela a parfois été soutenu10.

  • 11 Olafs saga hins helga. Die “Legendarische Saga” über Olaf den Heiligen (Hs. Delagard. saml. nr. 8II(...)
  • 12 Selon lui, l’armée d’Olaf, qui, quelques jours auparavant, avait pris position sur une hauteur de S (...)
  • 13 Sur cet débat, voir notamment Jón Helgason, « Norges og Islands digtning », dans Sigurður Nordal (d (...)

4Dans les conférences suivantes, l’attention s’est portée sur l’épisode qui est relaté au chapitre ccviii de l’Óláfs saga ins helga : pour éveiller ses guerriers, au matin même de la bataille, le roi Olaf aurait demandé à l’un de ses scaldes, l’Islandais Thormod (v.isl. Þormóðr Kolbrúnarskáld), de réciter un poème. Comme le montre sa brève mention dans l’Histoire légendaire de saint Olaf11, cet épisode devait faire partie de la tradition à laquelle puisa également Snorri Sturluson. Mais à la différence de l’auteur de l’Histoire légendaire, qui a uniquement rapporté le fait (en le situant dans un cadre assez différent12) et qui n’a cité aucune strophe du poème, qu’il connaît sous le seul nom Bjarkamál, Snorri Sturluson s’est arrêté sur cette œuvre, dont il cite un extrait et qu’il intitule Bjarkamál in fornu, appellation qui peut signifier Le vieux Chant de Biarki, mais aussi L’Ancien Chant de Biarki (par opposition à un nouveau Chant de Biarki) ; en faveur de cette dernière traduction, on a fait valoir que Snorri Sturluson semble avoir connu deux poèmes portant ce nom, l’un de date ancienne, qui aurait été récité par Thormod peu avant la bataille de Stiklestad en l’an 1030, l’autre plus récent13.

  • 14 De même qu’au chapitre xxiv de l’une des rédactions de la Fóstbrœðra saga (éd. Guðni Jónsson, 1943, (...)
  • 15 Chapitre vii et chapitre viii, 1, cf. éd. Olrik et Raeder, Copenhague, 1931, p. 52-61 ; éd. Friis-J (...)
  • 16 Cf. Karsten Friis-Jensen, Saxo Grammaticus as Latin Poet. Studies in the Verse Passages of the Gest (...)
  • 17 Cf. le nom Húskarlahvǫt (ou « Exhortation des guerriers ») que reçut le poème norrois à l’issue de (...)

5L’époque de la composition des Bjarkamál in fornu est d’autant plus discutée que seuls des vestiges de ce poème ont été conservés en vieux norrois : hormis les deux strophes qui sont citées dans ce chapitre de l’Óláfs saga ins helga14 et qui, selon Snorri Sturluson, en constituaient le début ou l’ouverture (v.isl. upphaf), il n’est connu que par le témoignage indirect qu’en fournit le livre II des Gesta Danorum15. Sous la forme de 298 hexamètres dactyliques, composés dans un latin riche d’emprunts aux auteurs de l’Antiquité classique (Virgile au premier chef) comme du xiie siècle occidental (Gautier de Châtillon et son Alexandreis16), Saxo Grammaticus reprit, vers la fin du xiie siècle, la matière d’un ancien chant danois au sujet de la mort héroïque du roi Rolvo (v.isl. Hrólfr kraki) et de ses champions. Ce poème épique, auquel l’auteur des Gesta Danorum donna le titre Exhortationes ou Exhortationum series17 se présente pour l’essentiel comme un dialogue entre deux des fidèles de Rolvo. Alors que le domaine royal de Lethra (Lejre, dans l’île de Seelande) était attaqué de nuit par une puissante troupe venue de Suède, Hialto (v.isl. Hjalti) et Biarco (v.isl. Bjarki) s’exhortèrent mutuellement au combat, auquel ils incitèrent également leurs compagnons d’armes, afin de venger la mort de leur roi et de se montrer dignes de la générosité qu’il leur avait prodiguée de son vivant. Ajoutons que la mort de Hrolf et de ses champions est connue également par une œuvre islandaise de date plus récente, la Hrólfs saga kraka, qui relève du genre des Fornaldarsögur (ou Sagas des temps anciens). Elle est généralement datée des environs de l’an 1400.

  • 18 Livre III, chapitre ccxlii, 2, éd. et trad. Winterbottom et Thomson, I, Oxford, 1998, p. 454-455 : (...)
  • 19 Par Klaus von See, « Hastings, Stiklastaðir und Langemarck. Zur Überlieferung vom Vortrag heroische (...)
  • 20 Voir notamment Hans Kuhn, « Uns ist Fahrwind gegeben wider den Tod. Aus einer großen Zeit des Norde (...)
  • 21 Voir déjà Bertha S. Phillpotts, « “The Battle of Maldon”: Some Danish Affinities », The Modern Lang (...)
  • 22 Cf. Einar Ól. Sveinsson, Íslenzkar bókmenntir í fornöld, op. cit., p. 224.

6En dépit des incertitudes au sujet de l’époque à laquelle fut composé le poème héroïque que, selon la tradition norroise, le scalde Thormod récita au matin de la dernière bataille d’Olaf Fils Harald, il est peu vraisemblable que cet épisode constitue un emprunt littéraire qui aurait été fait (directement on indirectement) à un passage des Gesta regum Anglorum de William de Malmesbury concernant le début de la bataille de Hastings18. La thèse en a certes été soutenue19, mais les arguments avancés ne convainquent pas20, d’autant moins qu’il semble bien que les Bjarkamál in fornu exercèrent une influence à la fois sur le poème anglo-saxon qui célébra la bataille de Maldon à la fin du xe siècle21 et sur une strophe du scalde Sigvat qui est citée au chapitre ccxxviii de l’Óláfs saga ins helga : la strophe xviii de l’Erfidrápa Óláfs helga au sujet de la mort de l’un des fidèles d’Olaf, Biorn le Maréchal (v.isl. Bjǫrn stallari) à la bataille de Stiklestad22.

  • 23 Édition citée, p. 367.
  • 24 Édition citée, p. 377.
  • 25 Voir en dernier lieu Fedir Androshchuk, Viking Swords. Swords and Social Aspects of Weaponry in Vik (...)
  • 26 Édition citée, p. 297.
  • 27 Elle est citée au chapitre ccxiii, éd. cit., p. 367.
  • 28 Chapitre lxxx, éd. cit., p. 190.
  • 29 Chapitre xxx, éd. Bjarni Einarsson, Reykjavik, 1984, p. 30.

7La question de l’armement qui fut celui du roi Olaf Fils Harald lors de ce combat a fourni la matière de plusieurs conférences : on s’est ainsi efforcé de préciser le type d’arme d’hast qui est désigné par le mot féminin kesja que Snorri Sturluson utilise à son sujet, et l’attention s’est portée également sur la description de l’épée d’Olaf : connue sous le nom Hneitir, elle fut mentionnée dès le xiie siècle par Einar Fils Skuli (v.isl Einarr Skúlason) dans le poème appelé Geisli que ce scalde islandais composa en l’honneur de saint Olaf et que, selon toute vraisemblance, il récita le 29 juillet 1153 au cours d’une cérémonie solennelle dans la Kristskirkja à Nidaros. Il a ainsi été montré que la précision qui a été apportée par Snorri Sturluson (au chapitre ccxiii de l’Óláfs saga ins helga23) au sujet du fuseau de sa poignée, qui était « enlacé d’or » (v.isl. gulli vafiðr, du verbe vefja, « entourer, envelopper, enlacer »), provenait de la strophe ix de l’Erfidrápa Óláfs helga de Sigvat, que l’auteur a citée au chapitre ccxxiv de l’Óláfs saga ins helga24. Cette description de l’arme Hneitir trouve un homologue remarquable dans une découverte d’épée qui fut effectuée en 1870 à Dybäck (paroisse d’Östra Vemmenhög), dans la province de Scanie, en Suède : datée de la seconde partie de l’époque viking25, elle présente une poignée entourée de fils d’or. On a rappelé à cet égard que le scalde islandais devait bien connaître ce type de décoration d’une épée : selon le récit de Snorri Sturluson au chapitre clxii de l’Óláfs saga ins helga, le roi Olaf lui avait offert une arme semblable26. De la même manière, on a mis en évidence le profit que l’auteur a tiré de sa connaissance de la strophe viii de l’Erfidrápa Óláfs helga27, dans laquelle le scalde Sigvat mentionna l’armure de corps que portait le roi en utilisant à son sujet le mot brynja (« broigne »), et on a marqué une nouvelle fois que Snorri Sturluson possédait une connaissance plus étendue et plus sûre au sujet de cette bataille que ses prédécesseurs, tels que l’auteur de l’Histoire légendaire28 et, avant lui, l’auteur de l’Ágrip af Nóregskonunga sǫgum29, qui avaient soutenu l’un et l’autre – dans le dessein évident de glorifier le futur saint patron de la Norvège – qu’Olaf n’aurait alors porté « ni casque ni broigne ».

  • 30 Édition citée, p. 368.
  • 31 La scholie 41 au livre II, chapitre lxi, éd. et trad. Trillmich (dans Quellen des 9. und 11. Jahrhu (...)
  • 32 Et donc antérieure à 1085 environ (époque de la mort de l’auteur).
  • 33 Cf. édition Jiroušková, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier (...)
  • 34 Dans l’Homiliaire norvégien (Gamal norsk Homiliebok. Cod. AM 619 4o, éd. Indrebø, Oslo, 1931), p. 1 (...)
  • 35 Cf. Martin Chase, Einarr Skúlason’s Geisli. A Critical Edition, Toronto, 2005, p. 65-66 ; Id., dans (...)
  • 36 Chapitre lxxviii, éd. cit., p. 184 et 186.

8Parmi les autres questions qui ont été étudiées au cours des conférences de cette année, mentionnons enfin celle de la vision d’une « échelle céleste » que le roi Olaf Fils Harald aurait eue au cours d’un rêve, quelques heures avant le début de la bataille. Relatée au chapitre ccxiv de l’Óláfs saga ins helga30, elle se rencontre, sous des formes parfois nettement différentes les unes des autres, dans plusieurs sources écrites (latines comme norroises) antérieures à l’œuvre de Snorri Sturluson : d’abord, vers 1080, dans un appendice aux Gesta Hammaburgensis ecclesiae Pontificum31 qui doit être de la main d’Adam de Brême lui-même32 ; puis, au xiie siècle, dans le récit d’une révélation divine qui aurait été faite à Olaf à la veille de sa mort, selon l’auteur de la Passio et miracula Olavi33 et, à sa suite, dans la version vernaculaire de l’homélie In die sancti Olavi regis et martyris34. Décrit également par le scalde islandais Einar Fils Skuli aux strophes xv-xvi du poème Geisli35, ce rêve est encore mentionné par l’auteur de l’Histoire légendaire36, en des termes presque identiques à ceux employés par Snorri Sturluson dans le présent chapitre (au moins pour la déclaration placée dans la bouche d’Olaf).

  • 37 Voir en dernier lieu Erla B. Hohler et al., Painted Altar Frontals of Norway 1250-1350. Vol. 1: Art (...)
  • 38 Voir notamment Anne Lidén, Olav den helige i medeltida bildkonst. Legendmotiv och attribut, Stockho (...)
  • 39 Ibid., p. 145-146.

9En outre, le songe d’Olaf constitue l’une des principales scènes qui furent peintes, vers l’an 130037, sur le magnifique antependium qui est conservé de nos jours dans les collections du musée de la cathédrale de Nidaros38, et ce motif se retrouve sur les fresques murales de plusieurs églises médiévales de Suède, en particulier dans la province de l’Uppland, où elles sont datées de la seconde moitié du xve siècle39.

  • 40 Voir notamment Christian Heck, L’échelle céleste au Moyen Âge. Une image de la quête du ciel, Paris (...)

10À la différence de la plupart de ses prédécesseurs, Snorri Sturluson a relaté sobrement le rêve que fit Olaf dans ces circonstances : sous sa plume, il n’est question ni du Christ qui, du haut du ciel, aurait tendu une échelle au roi (comme dans l’homélie vernaculaire sur saint Olaf, laquelle a sans doute inspiré directement l’artiste de l’antependium), ni des anges qui seraient montés ou descendus le long de l’échelle (comme dans le récit du rêve de Jacob, selon les versets 10-22 du chapitre xxviii de la Genèse, qui ont donné naissance à tant d’interprétations dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge, et qui sont à l’origine d’un thème iconographique largement répandu dans l’Occident médiéval40), ni d’une quelconque insistance sur la progression d’Olaf vers la sainteté (comme dans le commentaire de ce rêve par l’auteur de l’Histoire légendaire, selon lequel l’échelle aurait représenté le chemin parcouru par le futur saint « sur la route du royaume céleste »).

  • 41 Cf. Walther Gehl, Der germanische Schicksalsglaube, Berlin, 1939, p. 148-150 et passim, avec la men (...)

11Le récit du dernier rêve d’Olaf par Snorri Sturluson s’achève sur une déclaration de l’un des plus proches amis du roi, Finn Fils Arni (v.isl. Finnr Árnason), qui s’inscrit dans le droit fil de la tradition islandaise, tant littéraire que folklorique, au sujet des rêves prémonitoires. Ce personnage interprète en effet le songe comme annonçant la mort d’Olaf : il utilise à son sujet le terme caractéristique feigð, substantif féminin qui, formé sur l’adjectif feigr (« voué à la mort »), désigne une « mort prochaine », une « mort inéluctable », en exprimant une notion profondément ancrée dans la conception scandinave (et plus généralement germanique) du destin41. Et de manière certainement révélatrice des sentiments profonds de Snorri Sturluson à ce sujet, le propos de Finn n’amène aucune réplique de la part d’Olaf.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que la Saga Óláfs konungs hins helga, qui doit avoir été composée vers 1225-1230, fut ensuite insérée, avec quelques ajustements, dans le recueil intitulée la Heimskringla (ou Histoire des rois de Norvège), dont elle constitue la partie centrale. Afin de simplifier la lecture des pages qui suivent, c’est à cette dernière œuvre, dans son édition procurée par Bjarni Aðalbjarnarson, sous le titre Óláfs saga ins helga, dans la collection « Íslenzk fornrit » (tome XXVII, Reykjavik, Hið íslenzka fornritafélag, 1945), que nous faisons référence dans ce résumé.

2 Cf. Ordbog over det norrøne prosasprog, s.v. borg, avec nombre d’exemples qui illustrent sans conteste cette acception, ainsi au chapitre viii de la Gylfaginning (dans Edda Snorra Sturlusonar, éd. Finnur Jónsson, Copenhague, 1931, p. 15-16, cf. éd. Faulkes, Oxford, 1982, p. 12 ; L’Edda, trad. Dillmann, 1991, p. 38), le récit de la construction par les Ases d’un rempart ou d’une fortification tout autour du monde pour les protéger de l’hostilité des géants, ou au chapitre xxvi de l’Óláfs saga Tryggvasonar (dans Heimskringla, I, éd. Bjarni Aðalbjarnarson, Reykjavik, 1941, p. 256-258, cf. Histoire du roi Olaf Fils Tryggvi, dans Histoire des rois de Norvège, I, trad. Dillmann, Paris, 2000, p. 252-253) la description du solide rempart qui barrait l’isthme du Jutland, le célèbre Danevirke.

3 Guerre des Gaules, I, 52 (éd. et trad. Constans, Paris, 1926, p. 43), cf. I, 25 (au sujet des Gaulois, ibid., p. 19).

4 Sur ce point, voir notamment Simon Keynes, « The Historical Context of the Battle of Maldon », dans Donald Scragg (dir.), The Battle of Maldon ad 991, Oxford, 1991, p. 88-90 et passim.

5 Dans The Battle of Maldon, vers 102, 242 et 277 (éd et trad. Scragg, dans Id. [dir.], The Battle of Maldon, op. cit., p. 22-23 et 28-29), cf. Richard Abels, « English Tactics, Strategy and Military Organization in the Late Tenth Century », dans ibid., p. 147-149 ; Nicholas Brooks, « Weapons and Armour », dans ibid., p. 215.

6 Le même composé est attesté en vieux-haut-allemand sous les formes sciltburg et skiltburg.

7 Vers 3118 (ofer scild-weall, éd. et trad. Crépin, Paris, 2007, p. 234-235) lors du récit des funérailles du héros d’origine scandinave qu’était Beowulf.

8 Scène 51, cf. Lucien Musset, La Tapisserie de Bayeux. Œuvre d’art et document historique, La Pierre-qui-Vire, 1989, p. 291, avec les commentaires de R. Abels (« English Tactics, Strategy and Military Organisation », art. cit., p. 149) et N. Brooks (« Weapons and Armour », art. cit., p. 215).

9 Bjørn Hougen, « Osebergfunnets billedvev », Viking, IV, 1940, p. 114-115 ; Anne Stine Ingstad, dans Ead. et al., Oseberg-dronningens grav. Vår arkeologiske nasjonalskatt i nytt lys, 2e éd., Oslo, 1993, p. 244-245.

10 Notamment par Gustav Neckel, « Hamalt fylkia und svínfylkia », Arkiv för nordisk filologi, XXXIV, 1918, p. 295.

11 Olafs saga hins helga. Die “Legendarische Saga” über Olaf den Heiligen (Hs. Delagard. saml. nr. 8II), éd. Heinrichs et al., Heidelberg, 1982, chapitre lxxviii, p. 182.

12 Selon lui, l’armée d’Olaf, qui, quelques jours auparavant, avait pris position sur une hauteur de Stiklestad, était réveillée depuis plusieurs heures lorsque le roi demanda à Thormod de procurer un divertissement (entendons : de déclamer un poème).

13 Sur cet débat, voir notamment Jón Helgason, « Norges og Islands digtning », dans Sigurður Nordal (dir.), Litteraturhistorie. B. Norge og Island (Nordisk Kultur, VIII, B), Copenhague, 1953, p. 86-87 ; Einar Ól. Sveinsson, Íslenzkar bókmenntir í fornöld, I, Reykjavik, 1962, p. 453-456 ; Hallvard Lie, « Bjarkamál », dans Kulturhistorisk leksikon for nordisk middelalder fra vikingetid til reformationstid, XXI, Copenhague, 1977, col. 124. — La citation dans les Skáldskaparmál (dans Edda Snorra Sturlusonar, éd. Finnur Jónsson, chapitre lvii, p. 143, cf. éd. Faulkes, 1998, chapitre xlv, p. 60-61) de trois strophes qui sont présentées comme faisant partie d’un poème appelé Bjarkamál in fornu ou simplement Bjarkamál (dans le Codex Upsaliensis, le plus ancien manuscrit de l’Edda, et dans deux autres manuscrits de la même classe) et composées dans un mètre nettement différent de celui des deux strophes citées dans le présent chapitre semble de fait étayer cette hypothèse.

14 De même qu’au chapitre xxiv de l’une des rédactions de la Fóstbrœðra saga (éd. Guðni Jónsson, 1943, p. 262-263), la rédaction dite de la Flateyjarbók qui, dans le récit de la fin du scalde Thormod à la bataille de Stiklestad, présente un texte en partie constitué d’interpolations provenant de la Grande Histoire du roi Olaf le Saint.

15 Chapitre vii et chapitre viii, 1, cf. éd. Olrik et Raeder, Copenhague, 1931, p. 52-61 ; éd. Friis-Jensen et trad. Fischer, Oxford, 2015, p. 120-141 ; La Geste des Danois, trad. Troadec, Paris, 1995, p. 86-96.

16 Cf. Karsten Friis-Jensen, Saxo Grammaticus as Latin Poet. Studies in the Verse Passages of the Gesta Danorum, Rome, 1987, p. 64-100.

17 Cf. le nom Húskarlahvǫt (ou « Exhortation des guerriers ») que reçut le poème norrois à l’issue de sa récitation par Thormod, selon le témoignage de Snorri Sturluson dans le présent chapitre.

18 Livre III, chapitre ccxlii, 2, éd. et trad. Winterbottom et Thomson, I, Oxford, 1998, p. 454-455 : selon l’historien anglais, les Normands auraient entonné la cantilena Rollandi avant de commencer à combattre. — C’est peut-être dans cette œuvre qu’il faut chercher l’origine ultime de l’épisode mis en scène par le poète anglo-normand Wace au sujet des préliminaires de la même bataille : le jongleur Taillefer aurait chevauché en tête de l’armée normande en chantant les exploits de Charlemagne, de Roland et d’Olivier (Le roman de Rou, vers 8013-8018, cf. éd. Holden, II, Paris, 1971, p. 183 ; III, 1973, p. 156-157 ; cf. Françoise H. M. Le Saux, A Companion to Wace, Cambridge, 2005, p. 241-242).

19 Par Klaus von See, « Hastings, Stiklastaðir und Langemarck. Zur Überlieferung vom Vortrag heroischer Lieder auf dem Schlachtfeld », Germanisch-romanische Monatsschrift, LVII, 1976, p. 1-13 (repris dans Id., Edda, Saga, Skaldendichtung. Aufsätze zur skandinavischen Literatur des Mittelalters, Francfort-sur-le-Main, 1981, p. 259-271) ; Id., « Húskarla hvǫt. Nochmals zum Alter der Bjarkamál », dans Speculum norroenum. Norse Studies in Memory of Gabriel Turville-Petre, Odense, 1981, p. 426-427 (repris dans Id., Edda, Saga, Skaldendichtung, op. cit., p. 281-282).

20 Voir notamment Hans Kuhn, « Uns ist Fahrwind gegeben wider den Tod. Aus einer großen Zeit des Nordens », Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, CVI, 1977, p. 159-160 ; Joseph Harris, « Eddic Poetry », dans Carol J. Clover et John Lindow (dir.), Old Norse-Icelandic Literature. A Critical Guide, Ithaca, 1985, p. 118-119 ; Bjarne Fidjestøl, « Skaldenstrophen in der Sagaprosa. Bemerkungen zum Verhältnis zwischen Prosa und Poesie in der Heimskringla », dans Alois Wolf (dir.), Snorri Sturluson. Kolloquium anläßlich der 750. Wiederkehr seines Todestages, Tübingen, 1993, p. 79-80 (repris en trad. angl. dans Id., Selected papers, Odense, 1997, p. 257-258).

21 Voir déjà Bertha S. Phillpotts, « “The Battle of Maldon”: Some Danish Affinities », The Modern Language Review, XXIV, 2, 1929, p. 172-190.

22 Cf. Einar Ól. Sveinsson, Íslenzkar bókmenntir í fornöld, op. cit., p. 224.

23 Édition citée, p. 367.

24 Édition citée, p. 377.

25 Voir en dernier lieu Fedir Androshchuk, Viking Swords. Swords and Social Aspects of Weaponry in Viking Age Societies, Stockholm, 2014, p. 91-93 et 365.

26 Édition citée, p. 297.

27 Elle est citée au chapitre ccxiii, éd. cit., p. 367.

28 Chapitre lxxx, éd. cit., p. 190.

29 Chapitre xxx, éd. Bjarni Einarsson, Reykjavik, 1984, p. 30.

30 Édition citée, p. 368.

31 La scholie 41 au livre II, chapitre lxi, éd. et trad. Trillmich (dans Quellen des 9. und 11. Jahrhunderts zur Geschichte der Hamburgischen Kirche und des Reiches, Darmstadt, 1961), p. 300-301.

32 Et donc antérieure à 1085 environ (époque de la mort de l’auteur).

33 Cf. édition Jiroušková, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier. Text und Kontext der “Passio Olavi”, II, Leyde, 2014, p. 30, avec le commentaire au tome I, p. 419.

34 Dans l’Homiliaire norvégien (Gamal norsk Homiliebok. Cod. AM 619 4o, éd. Indrebø, Oslo, 1931), p. 111.

35 Cf. Martin Chase, Einarr Skúlason’s Geisli. A Critical Edition, Toronto, 2005, p. 65-66 ; Id., dans Margaret Clunies Ross (dir.), Poetry on Christian Subjects, I, The Twelfth and Thirteenth Centuries, Turnhout, 2007, p. 19-21.

36 Chapitre lxxviii, éd. cit., p. 184 et 186.

37 Voir en dernier lieu Erla B. Hohler et al., Painted Altar Frontals of Norway 1250-1350. Vol. 1: Artists, Styles and Iconography, Londres, 2004, p. 132-134.

38 Voir notamment Anne Lidén, Olav den helige i medeltida bildkonst. Legendmotiv och attribut, Stockholm, 1999, p. 144-145.

39 Ibid., p. 145-146.

40 Voir notamment Christian Heck, L’échelle céleste au Moyen Âge. Une image de la quête du ciel, Paris, 1997.

41 Cf. Walther Gehl, Der germanische Schicksalsglaube, Berlin, 1939, p. 148-150 et passim, avec la mention des termes équivalents en vieil anglais et en vieux haut allemand, cf. Jan de Vries, Altnordisches Etymologisches Wörterbuch, 2e éd., Leyde, 1962, s.v. feigð ; Ásgeir Blöndal Magnússon, Íslensk orðsifjabók, Reykjavik, 1989, s.v. feigur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 207-213.

Référence électronique

François-Xavier Dillmann, « Histoire et philologie de la Scandinavie ancienne et médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 25 septembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ashp.revues.org/1959

Haut de page

Auteur

François-Xavier Dillmann

Directeur d’études, M., École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques, correspondant de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org