Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Histoire des sciences au Moyen Âge

Histoire des sciences au Moyen Âge

Conférence de Danielle Jacquart
p. 183-188

Résumé

Programme de l’année 2015-2016 : I. Art et nature (XIIIe-XVe siècle). — II. Les intérêts scientifiques disséminés dans les Postillae de Nicolas de Lyre sur l’Ancien et le Nouveau Testament.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera en annexe à ce résumé la liste des thèmes qui ont été traités au cours de ces vingt-six (...)
  • 2 Cf. D. Jacquart et M. Nicoud, « L’office du médecin entre intercession et médiation », dans J.-M. M (...)

1I. Pour la vingt-sixième et dernière année de ses conférences1, le directeur d’études a choisi de traiter, à travers quelques exemples, la question des relations entre art et nature. Il s’agit, en effet, d’un thème central qui incite à s’interroger sur les possibilités et les limites qu’a l’homme, grâce au savoir rationnel qu’il construit et aux expériences qu’il mène, d’agir sur la nature des choses, pour la transformer, la corriger, l’adapter à ses besoins, ou d’en reproduire certains traits. La tradition aristotélicienne étant au cœur de cette problématique, nous sommes partis du passage de Physique II. 2 194a-195b, contenant la célèbre proposition « mais si l’art imite la nature », qui au Moyen Âge de conditionnelle devint affirmative et forma une sorte d’adage inlassablement répété. Nous avons d’abord replacé cette formule dans le contexte voulu par Aristote, tel que rendu dans la traduction gréco-latine effectuée par Jacques de Venise au xiie siècle. Toujours en guise d’introduction, nous sommes revenus sur les Questions sur la Physique de Nicole Oresme, qui nous avaient retenu à la fin de l’année dernière autour du concept de nature (Annuaire 2014-2015, p. 187), pour analyser la question 5 du livre II Consequenter queritur utrum forme artificiales sint accidentia. Comme Aristote lui-même, Nicole Oresme au cours de son argumentation logique, dont nous avons suivi les étapes, ne manque pas de citer l’action du médecin, un cas tout à fait particulier de relation entre art et nature : « Il est objecté que la santé suit une altération à proprement parler, à savoir des qualités premières, et cependant elle est dite venir de l’art, c’est-à-dire de la médecine. Je réponds qu’à proprement parler la santé ne vient pas de l’art, car la médecine exerce un service artificiel auprès des choses, et après il s’ensuit une action naturelle qui en est engendrée. Et donc les médecins disent qu’ils ne soignent pas, mais donnent des aides à la nature, qui elle proprement soigne, et donc la santé est finalement parachevée par la nature » (éd. Caroti, Celeyrette, Kirschner, Mazet, p. 201). En cet argument se trouve l’écho d’une proposition plus courante auprès des médecins que la formule aristotélicienne « l’art imite la nature », à savoir « le médecin est le ministre (le serviteur) de la nature », aux origines galéniques2.

  • 3 Arnaldi de Villanova Opera Medica Omnia V. 2, Tractatus de humido radicali, edidit Michael McVaugh (...)

2Ces deux formules s’entrecroisent parfois comme dans le Conciliator de Pietro d’Abano (terminé en 1310), à l’occasion du traitement de deux questions que nous avons analysées. À la differentia 164, il est demandé s’il faut évacuer, c’est-à-dire saigner ou purger, jusqu’à la lipothymie, voire la syncope. Averroès, dans le Colliget, est cité en tant qu’opposant à cette pratique, arguant notamment du fait que l’art imitant la nature, cette dernière, sauf dans les mauvaises crises aux effets désastreux, ne procède jamais à une hémorragie salvatrice jusqu’à la syncope. Dans sa réfutation de cet argument, Pietro d’Abano est amené à énumérer différents cas de figure, avec la référence notamment au commentaire d’Alexandre d’Aphrodise à la Physique d’Aristote : des choses sont commencées par l’art et achevées par l’art, d’autres entièrement effectuées par la nature, d’autres commencées par la nature et parachevées par l’art ou inversement. Et dans certains cas, l’art peut plus que la nature, comme retirer un sixième doigt, un exemple traditionnel en ce contexte. La differentia 178 s’inscrit dans une autre problématique, celle de la forme spécifique des médicaments composés, en posant la question de savoir si la thériaque expulse le venin par une qualité ou par une propriété. Il va être suggéré que bien que l’action d’un médicament composé soit la résultante des effets « naturels » des simples qui le constituent, elle relève plutôt de l’art, qui imite la nature. La « vigueur de l’art » peut faire surgir une propriété « ressemblante » à celle induite naturellement. C’est en ce contexte que Pietro d’Abano fait allusion à l’alchimie, rapportant qu’un de ses amis a fabriqué des scorpions qui en ont engendré d’autres, et que des témoins dignes de foi lui ont dit « avoir fait par l’art de la décoction de l’argent véritable, mais n’en avoir pas tiré profit ». La dernière remarque vise à renforcer la crédibilité du propos, en écartant le caractère illicite d’une fabrication artificielle de métal précieux susceptible de servir au monnayage. Il importe peu que ces « témoignages » aient été réellement portés à l’attention de Pietro d’Abano et qu’il y ait cru on non : il en ressort que pour lui l’art ne fait pas qu’aider la nature, il l’imite et la surpasse au besoin. Après ces lectures, nous nous sommes attachés à l’une des interventions de l’art médical susceptibles d’aider la nature à se surpasser : la prolongation de la vie au-delà du terme fixé naturellement ‘pour chaque individu. En ce contexte, le directeur d’études a présenté l’analyse du Tractatus de humido radicali d’Arnaud de Villeneuve, récemment édité3, puis ont été lus des passages des commentaires au Canon d’Avicenne d’Antoine de Parme, de Gentile da Foligno et de Jacques Despars. Les résultats de cette recherche ont été présentés lors d’un colloque organisé en février 2016 à l’université d’Erlangen-Nuremberg, dont les Actes seront publiés.

  • 4 S. Donati, « Pseudepigrapha in the Opera hactenus inedita Rogeri Baconi ? The commentaries on the P (...)

3Il était indispensable d’évoquer, dans le cadre du thème « Art et nature », l’une des figures majeures de la science médiévale à avoir poussé à ses limites extrêmes les possibilités de l’inventivité humaine. Les dernières séances ont ainsi été consacrées à Roger Bacon. Nous avons commencé par les deux ensembles de questions sur la Physique d’Aristote, issues de son enseignement parisien, datables selon les spécialistes pour le premier ensemble des années 1240, pour le second des années 1250. C’est dans le premier ensemble portant sur les quatre premiers livres – dont Silvia Donati a contesté récemment l’authenticité4 avec des arguments insuffisamment convaincants pour l’instant – qu’il est clairement demandé « si l’art imite la nature ». Après avoir énoncé les arguments contra et pro, Roger Bacon en préalable à sa solution énumère les cas de similitude et d’imitation et, au contraire, les dissimilitudes entre art et nature. Au nombre de ces dernières est mise en valeur la possibilité des arts mécaniques de faire plus que la nature, de suppléer à un défaut de celle-ci. À la fin de la réfutation des arguments contra ne manque pas d’être évoquée l’intervention médicale, paradigme des opérations communes à l’art et à la nature : « l’un imite l’autre et l’un opère d’après l’imitation de l’autre ; c’est pourquoi chez des malades ni la nature sans artifice médical, ni le médecin sans la nature ne peut introduire la santé, mais le médecin avec l’aide de la nature introduit la santé chez le malade » (éd. Delorme, p. 120). En un renversement significatif de la formule d’origine galénique, ce n’est pas ici le médecin qui aide la nature, mais la nature qui aide le médecin. Le second ensemble, en huit livres, de questions sur la Physique insère le thème de l’art imitant la nature au sein de la question : An aliquid sit erroneum in natura vel peccatum vel monstrum. Le propos y est centré sur les capacités respectives de l’art et de la nature à opérer sur une matière désobéissante ; si l’art, parfois, est tout aussi impuissant que la nature, il a la possibilité que n’a pas cette dernière, grâce au libre-arbitre de l’artisan, d’œuvrer d’une manière non-uniforme et en des sens opposés. Nous avons poursuivi nos lectures dans l’Opus maius, les Communia naturalium et les Communia mathematica. Chemin faisant a été rappelé aux auditeurs l’ordonnancement des sciences selon Roger Bacon, dans lequel, si on le compare à celui proposé par Gundissalinus dans le De divisione philosophie, la distinction entre science théorique et science pratique s’est estompée. Quant à la scientia experimentalis, centrale chez Roger Bacon, elle pourrait bien dériver en une extension majeure de la scientia de ingeniis d’al-Fârâbî-Gundissalinus. Dans sa volonté de rassembler les sciences particulières autour de communia (naturalia ou mathematica), s’efface la notion de sciences purement spéculatives. Les diverses sciences sont orientées vers l’art, vers une utilité pratique dont la finalité est la vertu morale et, au-delà, la béatitude future. Cette reconstruction du savoir humain ne fait qu’illustrer le dessein de la Création, qui a ordonné le monde pour l’homme. En ce contexte, l’imbrication entre art et nature est totale : l’art se sert de la nature et la parfait. Si la médecine, comme chez d’autres auteurs, mais avec un accent personnel, reste le paradigme d’une communauté d’action entre art et nature, l’optique (perspectiva), avec les instruments qu’elle permet de construire pour créer illusions chez des ennemis ou les détruire par des miroirs ardents, est au centre de gravité. Elle constitue l’exemple parfait d’un lien entre naturalia et mathematica, puisque c’est grâce à la géométrie, aux lignes que forment les rayons et les species qu’ils portent que peut être provoquée la coopération entre art et nature. La géométrie, dans son versant pratique, permettrait de pousser cette coopération jusqu’à des réalisations techniques extraordinaires, bateaux sans rameurs ou machines à voler, toutes ces « inventions » imaginaires qui contribuèrent à brosser le portrait légendaire de Roger Bacon, mais qui n’en demeurent pas moins le point extrême d’une réflexion sur l’interaction entre art et nature rendue possible par la science mathématique.

4II. Nous avons poursuivi notre parcours dans les Postillae de Nicolas de Lyre à la recherche de la manifestation d’intérêts et de connaissances scientifiques. Lors de plusieurs séances, nous sommes revenus sur les longs développements préliminaires au commentaire à la Genèse relatifs à la matière première et à son information, en les mettant en perspective avec quelques témoins de la tradition exégétique antérieure : Ambroise de Milan, Hugues de Saint-Victor, Pierre Abélard et Robert Grosseteste. Tout en rendant l’écho de celle-ci et en rappelant certains aspects de la théorie augustinienne, Nicolas de Lyre reflète surtout les débats philosophiques de son temps sur le sujet. Comme déjà annoncé l’année dernière (Annuaire 2014-2015), ces recherches s’inscrivaient dans le cadre de la préparation d’une communication présentée par le directeur d’études à l’université de Fribourg, en avril 2016, autour de la notion de matière au Moyen Âge, dont les Actes seront publiés.

  • 5 N. Weill-Parot, Les « images astrologiques » au Moyen Âge et à la Renaissance. Spéculations intelle (...)

5De la Postilla super Iob, qui doit beaucoup au commentaire littéral de Thomas d’Aquin, malgré des critiques récurrentes adressées à ce dernier, nous avons retenu une présentation un peu caricaturale de la théorie astrologique des grandes conjonctions, le souci d’éviter la question épineuse de l’existence du vide, la prise en compte de la notion de forme spécifique ou encore la probable influence, directe ou indirecte, du Canon d’Avicenne, comme chez Thomas d’Aquin, à propos de la longévité humaine. Somme toute, des intérêts divers et disséminés, qui se retrouvent dans d’autres livres bibliques. Ainsi, la lecture de l’Ecclésiaste donne lieu à un petit cours d’astronomie ptoléméenne, assez sommaire et imparfait, ainsi qu’à une condamnation de la prédiction des futurs contingents. Dans la ligne d’Augustin, Nicolas de Lyre relie cette pratique astrologique à une intervention démoniaque. Dans sa Postilla sur les Proverbes, c’est la fabrication des images astrologiques, considérées toutes comme « destinatives », pour reprendre la distinction élaborée par Nicolas Weill-Parot5, qui est condamnée ; l’insistance que met le commentateur à condamner l’usage de ces images suggère une certaine actualité de la pratique. Alors que des connaissances médicales affleurent ici ou là sous la plume de Nicolas de Lyre, il était intéressant de lire le commentaire qu’il applique au chapitre 38 de l’Ecclésiastique, et son premier verset inlassablement invoqué par les médecins universitaires pour légitimer leur savoir et leur pratique : Honora medicum propter necessitatem, etenim illum creavit Altissimus. Très abusivement, Nicolas de Lyre affecte de ne voir dans la série de versets de ce chapitre qu’une allusion aux « médecins spirituels », à savoir les prélats, en gommant le plus possible ce qui revient incontestablement dans le texte biblique aux « médecins corporels » et préférant centrer son propos sur la signification du verbe creare en ce contexte. À l’issue de cette lecture, nécessairement non exhaustive, des Postillae de Nicolas de Lyre à l’Ancien Testament, il peut être avancé que tout en témoignant d’intérêts scientifiques qui dénotent une information honorable, plus ou moins avancée selon les sujets, Nicolas de Lyre manifeste surtout sa dépendance envers les œuvres d’Aristote, ainsi que l’ont déjà signalé les spécialistes de son exégèse. Significative à cet égard est la comparaison menée dans la Postilla super Ezechiel entre l’ensemble des livres bibliques et le corpus aristotélicien.

6Pour sa dernière conférence, le 7 juin 2016, le directeur d’études a commenté des extraits du Livre du ciel et du monde de Nicole Oresme, mêlant cosmologie, références bibliques, foi chrétienne et mythologie païenne transmise par les poètes latins antiques. À bien des égards, cette œuvre en français adressée au roi de France au moment où son auteur, l’un des savants médiévaux les plus novateurs en cette seconde moitié du xive siècle dans le domaine de la physique, venait d’être élu évêque de Lisieux, reprend les accents d’un Hexaemeron et entremêle les traditions des commentaires au De caelo d’Aristote et aux Sentences de Pierre Lombard.

Annexe
Programmes des conférences de 1990 à 2016

7Les résumés ont été publiés régulièrement dans le Livret, puis l’Annuaire de la section des Sciences historiques et philologiques.

8— L’introduction de la science arabe en Occident au xiie siècle (1990-1991, 1991-1992)
— Médecine et astrologie (1990-1991, 1991-1992)
— Le rôle attribué au cerveau par les savants arabes et occidentaux (1992-1993)
— La survivance des auteurs latins antiques dans les textes scientifiques médiévaux (1992-1993)
— Le rôle des traductions de l’arabe dans la formation d’une terminologie scientifique en latin (1993-1994)
— Observation, expérience et perception sensorielle (1993-1994, 1994-1995)
— La diffusion des traductions arabo-latines de textes scientifiques : typologie des manuscrits d’après les fonds de la BNF (1994-1995, 1995-1996)
— Médecine et physique, xiie-xive siècle (1995-1996)
— La matière et le vivant dans la pensée scientifique des xive et xve siècles (1996-1997)
— Les manuscrits scientifiques de la BNF : esquisse d’une typologie d’après le fonds latin (1996-1997)
— Descriptions médiévales des transformations de la matière, xiiie-xive siècle (1997-1998)
— L’optique et l’ophtalmologie dans les manuscrits latins de la BNF (1997-1998)
— Science et religion, xiie-xve siècle (1998-1999)
— Les manuscrits des traductions de Gérard de Crémone à la BNF (1998-1999, 1999-2000)
— Perception et imagination (1999-2000, 2000-2001)
— Science arabe et science latine : Tolède aux xie et xiie siècles (2000-2001, 2001-2002)
— Imagination et raisonnement scientifique (2001-2002)
— La géométrie aux xiiie et xive siècles (2002-2003, 2003-2004)
— Du manuscrit à l’imprimé dans le domaine scientifique, xve-xvie siècle (2002-2003)
— La survie des textes scientifiques médiévaux dans les éditions du xvie siècle (2003-2004)
— La notion de « figure » dans les différents champs du savoir, xiie-xve siècle (2004-2005, 2005-2006)
— Les manuscrits de médecine à la BNF (2004-2005)
— Les manuscrits du Galien latin (2005-2006, 2006-2007)
— Médecine et alchimie au xve siècle : le traité d’Angelo de Aquila (2005-2006)
— Alchimie et médecine aux xive et xve siècles (2006-2007, 2007-2008)
— L’intérêt pour les sciences durant le haut Moyen Âge (2006-2007, 2007-2008, 2008-2009)
— Les collections manuscrites de textes scientifiques : constitution et évolution (2007-2008)
— Les transformations de la matière et leurs théories médiévales (2008-2009, 2009-2010, 2010-2011)
— Les intérêts scientifiques dans les commentaires bibliques (2010-2011, 2011-2012, 2012-2013, 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016)
— Les modalités de l’influence astrale (2011-2012, 2012-2013)
— La notion de nature en philosophie naturelle et en médecine (2013-2014, 2014-2015)
— Art et nature, xiiie-xve siècle (2015-2016)

Haut de page

Notes

1 On trouvera en annexe à ce résumé la liste des thèmes qui ont été traités au cours de ces vingt-six années.

2 Cf. D. Jacquart et M. Nicoud, « L’office du médecin entre intercession et médiation », dans J.-M. Moeglin (éd.), L’intercession du Moyen Âge à l’époque moderne. Autour d’une pratique sociale, Genève, 2004 (École pratique des hautes études, Sciences historiques et philologiques V, Hautes Études médiévales et modernes, 87), p. 195-214.

3 Arnaldi de Villanova Opera Medica Omnia V. 2, Tractatus de humido radicali, edidit Michael McVaugh et praefatione et commentariis instruxerunt Chiara Crisciani et Giovanna Ferrari, Barcelone, 2010.

4 S. Donati, « Pseudepigrapha in the Opera hactenus inedita Rogeri Baconi ? The commentaries on the Physics and the Metaphysics », dans J. Verger et O. Weijers (éd.), Les débuts de l’enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ), Turnhout, 2013 (Studia Artistarum, 38), p. 153-204.

5 N. Weill-Parot, Les « images astrologiques » au Moyen Âge et à la Renaissance. Spéculations intellectuelles et pratiques magiques (XIIe-XVe siècle), Paris, 2002 (Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières, 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Jacquart, « Histoire des sciences au Moyen Âge », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017, 183-188.

Référence électronique

Danielle Jacquart, « Histoire des sciences au Moyen Âge », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 25 septembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ashp.revues.org/1955

Haut de page

Auteur

Danielle Jacquart

Directeur d’études, Mme, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org