Navigation – Plan du site
EPHE
Inde et Extrême-Orient
Histoire de l’architecture et des jardins du Japon pré-moderne (xvie siècle – xixe siècle)

Histoire de l’architecture et des jardins du Japon pré-moderne (xvie siècle – xixe siècle)

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Nicolas Fiévé
p. 346-360

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : Les reconstructions du Palais impérial, de la fin de la période médiévale et au début de la période pré-moderne (XVe-XVIIe siècles).

Haut de page

Texte intégral

1Après cinq années passées à étudier l’architecture des villas secondaires et des ermitages de la famille impériale, bâtis au xviie siècle dans les alentours champêtres de Kyōto, les conférences de l’année académique 2014-2015 ont inauguré un cycle de deux années consacrées à l’étude des plans et à l’organisation du Palais impérial, de la fin de la période médiévale (1185-1573) à la période pré-moderne (1573-1868).

2Dans son état actuel, le Palais impérial de Kyōto, Kyōto gosho 京都御所, est ce qui subsiste, après plusieurs destructions et reconstructions complètes, d’un ancien palais, dit Tsuchimikado-Higashi no Tōin 土御門東洞院, souvent nommé dans les sources « Palais de Tsuchimikado », Tsuchimikado dairi 土御門内裏. Bâti le long du croisement des rues Tsuchimikado et Higashi no Tōin ce palais avait servi à l’époque de Kamakura (1185-1333) de sato dairi 里内裏, ou résidence provisoire pour l’empereur, notamment suite au grand incendie de la 3e année de l’ère Angen 3 (1227), qui avait ravagé en une nuit l’antique Palais impérial de Heian. Que le gouvernement militaire de Kamakura ait alors décidé de ne pas financer la reconstruction de l’antique Palais, avait eu pour conséquence indirecte de fixer l’emplacement du nouveau palais. Le palais de Tsuchimikado se dressait sur une parcelle délimitée par les rues Ōgimachi 正親町, au nord, Tsuchimikado, au sud, Higashi no Tōin, à l’ouest, et par la rue Takakura 高倉, à l’est. De nombreux souverains y vécurent, parmi lesquels l’empereur Hanazono 花園天皇 (r. 1308-1318), qui s’y installe officiellement en 1308 (Enkei 1). Celui-ci sert, dès lors, à plusieurs générations de souverains : Kōgon 光厳天皇 (r. 1331-1333), Kōmyō 光明天皇 (r. 1336-1348), Gokōgon 御光厳天皇 (r. 1352-1371) et Goen.yū 後円融天皇 (r. 1371-1382). En 1392 (Meitoku 3), après la réconciliation entre les Cours du Nord et du Sud, le palais de Tsuchimikado est de nouveau désigné résidence officielle de l’empereur Gokomatsu 後小松天皇 (r. 1382-1412). Depuis cette période, et à part quelques exceptions dues à des incendies ou des révoltes qui contraignirent les souverains à chercher refuge ailleurs, le site a abrité le Palais impérial, jusqu’à ce qu’il soit officiellement transféré à Tōkyō après la restauration de Meiji (1868).

3Du point de vue de l’histoire de l’architecture, c’est à la fin de la période médiévale, après la longue période de guerres civiles, que les nouveaux dirigeants du Japon engagèrent des travaux de grande envergure dans l’enceinte du palais de Tsuchi-mikado : Oda Nobunaga 織田信長 (1534-1582) y fait effectuer entre 1570 (Eiroku 13) et 1571 (Genki 2) des réparations qui aboutissent à l’inauguration du palais dit de l’ère Eiroku, ou Eiroku dairi 永禄内裏. Succédant à Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi 豊臣秀吉 (1537 ?-1598) ordonne de détruire les édifices bâtis sur l’ordre de son prédécesseur, et fait aménager entre 1589 (Tenshō 17) et 1591 (Tenshō 19) un nouveau palais, dit de l’ère Tenshō, ou Tenshō dairi 天正内裏. Tokugawa Ieyasu 徳川家康 (1542-1616) fait à son tour démonter le palais édifié du temps de Hideyoshi, et, durant les longs travaux qui s’échelonnent de 1606 (Keichō 11) à 1613 (Keichō 18), fait construire un nouveau palais aux dimensions imposantes, dit palais de l’ère Keichō, Keichō dairi 慶長内裏. Chacun des trois chefs suprêmes du Japon s’est ainsi ingénié à faire table rase de l’œuvre de son prédécesseur pour imposer la construction de nouveaux ensembles architecturaux plus imposants que les précédents, ce qui était évidemment une manière de matérialiser aux yeux du monde l’émergence de sa toute-puissance politique.

4Avant d’entrer dans les détails du dispositif spatial du palais de l’époque d’Edo (1603-1867), il a paru souhaitable de dresser un état des lieux du palais tel qu’il existait au cours de la période médiévale. Car si le dispositif de l’antique palais de Heian est bien connu grâce aux travaux de Francine Hérail (Fonctions et fonctionnaires japonais au début du XIe siècle, Droz, 2006, 793 p.) et aux conférences qu’elle dispensa à la IVe section de l’EPHE au cours des années 1980, les connaissances sur l’architecture du palais de la période médiévale demeurent plus obscures, en raison du nombre limité de documents de première main qui permettent d’en retracer l’histoire. Les conférences de l’automne 2014 ont ainsi présenté le plan du palais de l’ère Ōei, bâti en 1401 (Ōei 8) et détruit par un incendie en 1443 (Kakitsu 3).

Le palais de Tsuchimikado à l’ère Ōei, de 1401 à 1443

5Alors que l’ancien Palais impérial de l’époque de Heian (784-1185) avait jadis couvert une superficie de quatre-vingt quartiers, ou chō 町, les palais qui se succèdent durant la période médiévale n’occupent que la superficie d’un seul quartier et sont désormais composés d’un nombre réduit d’édifices, comme le montrent les vues peintes sur les plus anciens paravents de la capitale et de ses faubourgs, rakuchu rakugai-zu byōbu 洛中洛外図屏風, qui ne remontent pas au-delà du début du xvisiècle.

6Deux documents permettent de reconstituer le plan du palais de Tsuchimikado à l’ère Ōei, bâti en 1401 : une liste des édifices détruits au cours de l’incendie qui ravage le palais au cours de la nuit du 22e au 23e jour de la 8e lune de 1443, liste incluse dans le Yasutomi-ki 康富記, les notes journalières du fonctionnaire Nagahara Yasutomi 長原康富 (1400-1457), et l’Ōei dairi sashizu 応永内裏指図 (Plan du palais de l’ère Ōei), un plan noté dans le Fukushōin kanpaku-ki 福照院関白記, les notes journalières du grand chancelier Nijō Mitsumoto二条満基 (1383-1411), et daté de la 10e lune de l’an 9 de l’ère Ōei (1402).

7L’emplacement du palais est précisé sur le plan par le nom de trois des rues qui le bordent : Ōgimachi, au nord, Tsuchimikado, au sud, Takakura, à l’est. Un passage du journal du noble Higashibōjō Hidenaga 東坊城秀長 (1338-1411) précise que le plan de l’enceinte du palais dessine un carré, ce qui est conforme à la plupart des plans des palais de l’époque et permet d’en déduire que c’est bien l’avenue Higashi no Tōin 東洞院 qui le borde sur sa face ouest (Kōyōki 迎陽記, Ōei 8). Le même document explique que les deux portes de l’enceinte ouest sont une « Porte à Quatre Pieds », yotsu-ashi-mon 四脚門 et une « Porte Chinoise », karamon 唐門, c’est-à-dire une porte dont la couverture est surmontée d’un galbe d’ornement de type karahafu 唐破風. À l’origine porte d’enceinte d’un monastère, le karamon est construit dès l’époque de Muromachi (1336-1573) pour une demeure de noble ou de militaire. Dans la hiérarchie des portes cérémonielles, elle vient après les portes à quatre pieds. Cette porte n’est pas dessinée sur le plan, contrairement à la Porte à Quatre Pieds, dont le dispositif montre qu’elle est l’entrée cérémonielle du palais, juste à l’ouest de la grande cour sud. À proximité se trouve le Mikoshi yadori 御輿宿, ou « Garage du Palanquin impérial », dans lequel on gare le grand palanquin surmonté de l’oiseau miraculeux hōō 鳳凰, la voiture utilisée par l’empereur lors des grandes processions.

8Les notes journalières mentionnent en outre deux portes sur la face nord de l’enceinte, dites agetsuchi-mon 上土門, « portes couvertes de terre ». Il s’agit là d’architectures plus simples, dont la toiture est une couverture de planches que recouvre un lit d’argile, et sur lequel est fixé un bardeau de bois. Ce type de porte est destiné aux entrées de service, et on en trouve de nombreux exemples, depuis l’époque ancienne, dans les habitations nobles ou les monastères. Une porte avec toiture à deux pentes est dessinée sur le mur est, en vis-à-vis de la Porte à Quatre Pieds, alors qu’aucune n’est mentionnée sur la face sud, ce que confirme le commentaire du Yasutomi-ki. En dépit de l’importance pour les rituels de la cour impériale d’une porte cérémonielle placée au sud, l’absence de cette porte est devenue une pratique commune pour la période, les résidences aristocratiques ayant perdu progressivement cet élément d’architecture au cours de l’époque de Kamakura (1185-1333), en raison du développement des jardins et d’un étang au sud des habitations.

9Si l’ordonnancement général du plan rappelle celui du majestueux palais de l’époque de Heian, on reste frappé par le nombre réduit des pavillons qui le composent. Comme dans l’antique palais, l’édifice principal, le Shishinden 紫宸殿, ou Pavillon de l’Étoile Polaire, fait face au sud à une cour, niwa 庭 (ou 場). Chaque édifice est un corps d’édifice indépendant, relié à un autre par une coursive couverte : watari-dono 渡殿, « édifice de liaison », ou watarō 渡廊, « couloir de liaison », selon le cas. De part et d’autre de la cour sud (mais à l’intérieur de l’enceinte du Palais), deux portes soulignent la symétrie du dispositif : Gekkamon月華門, ou « Porte de l’Éclat de la Lune », à l’ouest, une porte devant laquelle prennent place les hauts dignitaires et les fonctionnaires lors du salut au souverain ou des cérémonies d’intronisation (voir infra), et Nikkamon日華門, « Porte de l’Éclat du Soleil », à l’est.

10Toujours selon le plan de 1402, la moitié sud de la parcelle est organisée autour du Shishinden, ce qu’explique le fait qu’il s’y déroule une grande partie de la vie publique du souverain. Au centre de l’édifice est installé le Trône impérial, Takamikura 髙御座. Le Shishinden mesure sept travées de large. Un escalier à neuf gradins, au centre de la face sud, permet d’accéder à son plancher depuis la cour, car le nombre neuf est associé à l’empereur, comme le rappelle l’ancien terme kokonoe 九重, qui désigne la demeure du souverain.

11À l’arrière du Shishinden, auquel il est relié par le « Long Pont », nagahashi 長橋, se trouve le Seiryōden 清涼殿, ou « Pavillon de Pureté et de Fraîcheur », les appartements privés de l’empereur. Le plan de 1402 mentionne d’autres édifices, dont un Kogosho 小御所, ou « Petit Palais », un bâtiment d’apparat pour recevoir les hommes de la caste guerrière (envoyés shōgunaux, gouverneur de Kyōto, grands seigneurs). Le corps de bâtiment mesure cinq travées (N-S) sur quatre (E-O) et son emplacement au nord-est du palais est déjà celui qu’il occupera tout au long de la période d’Edo. Comme les autres pavillon du palais, il est équipé de volets, shitomido 蔀戸, et de demi volets, han-jitomi 半蔀, mais on ne connaît pas son aménagement intérieur, ni son décor, si ce n’est qu’il était divisé en quatre pièces. Côté sud, contigu au petit palais, on trouve le Kiroku-dokoro 記録所, ou « Salle des Écrits », le bureau du palais où sont rédigés les décrets impériaux. Dans le prolongement sud, sur le côté est de la cour du Shishinden, le Shunkyōden 春興殿, ou « Pavillon des Plaisirs du Printemps ». Comme le confirme le Yasutomi-ki (Kakitsu 3.8.23), l’habitude avait été prise à l’époque de Muromachi (1336-1573) d’abriter le Service intérieur du Palais, Naishi-dokoro 内侍所 dans le Shunkyōden, et non dans le « Pavillon de la Chaleur et de la Clarté », Unmeiden 温明殿, comme cela se faisait jadis à l’époque de Heian. Car c’est ce pavillon qui recèle le miroir sacré, Yata no kagami 八咫鏡 – l’un des trois regalia –, qui sert de support matériel à la déesse Amaterasu et qui est gardé depuis l’époque ancienne par les dames du Service intérieur, et c’est pourquoi l’édifice était aussi nommé Kashiko-dokoro 賢所, en raison du bien précieux qu’il abritait. L’emplacement du Shunkyōden par rapport au Shinshinden demeure à peu près le même que celui de l’antique Unmeiden.

12Le plan mentionne en outre les édifices suivants : Kurodo 黒戸, la « Porte Noire », un pavillon bâti dans la cour située au nord du Seiryōden, qui abrite un autel boud-dhique ; Jin no za 陣座, le « Siège de la Garde du Corps », installé à l’ouest du Shishinden et au sud des appartements impériaux ; et, dans le prolongement sud de la Garde du Corps, le Giyōden 宜陽殿, « Pavillon du Bénéfique Principe Yō ». Bâti à l’est du Shishinden à l’époque de Heian, le Giyōden est désormais implanté à l’ouest, selon le plan de 1402, ce que pourrait expliquer le fait que l’entrée cérémonielle soit à cette époque sur le côté ouest, sur l’avenue Higashi no Tōin, plus large et donc plus noble que la rue Takakura qui borde le mur est du palais. Tous les plans de l’époque d’Edo indiquent sans ambiguïté que l’emplacement du Giyōden est désormais fixé à l’ouest de la cour, et qu’à l’arrière de celui-ci se trouve un banc à quatre pieds, shōji no za 床子座. Le Giyōden et le Shunkyōden encadrent le Shishinden de part et d’autre de la cour sud.

13La grande cour est du Seiryōden est délimitée par une galerie couverte, dont la partie nord relie entre eux les deux pavillons de la partie féminine du palais, kokyū 後宮, ou « Palais Arrière ». Ces deux pavillons secondaires, dits tainoya 対屋 – l’un mesure sept travées de large sur deux de profondeur, et l’autre cinq travées sur deux –, n’existaient pas sous cette forme dans l’antique palais. Le Shinmotsu-dokoro 進物所, l’Office, est au nord-est de la cour délimitée par la galerie couverte, dans l’alignement des deux pavillons de la partie féminine. En charge de la vaisselle et de la présentation des mets consommés par l’empereur, l’Office dépend à l’origine de deux organes, la Table impériale et la Chancellerie privée, Kurōdo-dokoro 蔵人所, avec lesquels il travaille de concert. Le Yasutomi-ki précise par ailleurs qu’un Izumi-dono 泉殿, « Pavillon de la Source », était bâti au nord du petit palais. L’édifice n’est pas mentionné sur le plan de 1402, ce qui laisse penser qu’il aurait été construit après sa réalisation. Le nom du pavillon suggère la présence d’une source ou d’un cours d’eau, voire d’un étang, c’est-à-dire vraisemblablement la présence à cet emplacement d’un jardin de plaisance pour l’empereur et sa famille.

14Le Seiryōden, tel qu’il est représenté sur le plan, est un vaste pavillon carré de cinq travées de côté, ceint d’une galerie sur ses quatre faces, soit sept travées au total, galerie comprise. Par comparaison, l’édifice de l’antique palais mesurait onze travées de long au total, galerie comprise. La disposition montre une façade principale à l’est et une arête faîtière nord-sud, une orientation conforme à celle de l’antique Palais de Heian. Le plan précise l’emplacement de plusieurs salles : Tsune no gosho 常御所, ou « Palais de la Vie Quotidienne », une salle de trois travées carrées, où se passe une grande partie de la vie de l’empereur ; à l’est de celle-ci, le bain, Oyu-dono 御湯殿 ; au centre, Yoru no otodo 夜御殿, ou « Palais de la Nuit », c’est-à-dire la chambre à coucher ; sur la galerie sud, en enfilade, Daiban-dokoro 台盤所, la Salle des Plateaux, Asa hoshii 朝干飯, la Salle du Repas du Matin (la salle à manger de l’empereur), et Oni no ma 鬼間, la Chambre des Démons.

15La partie centrale, moya 母屋, du Seiryōden était équipée à l’époque de Heian de l’appartement impérial de jour, hi no omashi ou hi no goza 昼御座. Au sud-ouest se trouvait la Chambre des Démons, qui devait sans doute son nom aux peintures dont elle était ornée, comme l’évoquent les sources du début de la période médiévale. La Salle des Plateaux était au nord de celle-ci, puis venait celle du Repas du matin. Dans le plan médiéval, les trois pièces sont alignées sur la galerie sud du pavillon. Le plan montre par ailleurs que le Tsune no gosho, où se tient l’empereur durant la journée, remplace l’antique hi no omashi. Il est au nord du pavillon, alors que cette salle se trouvait jadis au sud de la partie centrale. Ses dimensions sont trois travées carrées, pour cinq travées sur deux à l’époque de Heian. À l’ouest de celui-ci, se trouve la salle de bain, contiguë sur le côté nord-est à la « Pièce du Bout », sue 末, réservées aux femmes du service de l’empereur. Toujours selon de Yasutomi-ki, la chambre à coucher de l’empereur, de deux travées carrées, est disposée au sud du Tsune no goten, et le couchage qui s’y trouvait, à en croire le chapitre 133 du Tsurezure-gusa 徒然草 (Les heures oisives, 1re moitié du xive siècle), était orienté la tête vers l’est, de manière à ce que l’empereur bénéficie de l’influence du principe 陽. À l’époque de Heian, les parois de cette pièce étaient recouvertes d’une sorte de laque et pourvues de portes coulissantes. À chaque angle, il y avait une lanterne qui fonctionnait toute la nuit. C’est également à l’intérieur de la chambre à coucher qu’étaient déposés depuis la période ancienne l’Épée, Kusanagi no tsurugi 草薙劔, et les Joyaux, un collier aux perles de jade en forme de croissant de lune, Yasakani no magatama 八坂瓊勾玉, les deux autres regalia conservés au palais, car, comme le rappelle le Kogoshūi 古語拾遺 (807), le Miroir et l’Épée protègent le souverain contre les puissances mauvaises. De doutes subsistent toutefois quant à la nature exacte des objets effectivement conservés auprès de l’empereur au cours de la période médiévale.

16Le plan ne l’indique pas, mais le coin sud-est du Seiryōden était équipé de l’Ishibai no dan 石灰壇, la pièce où l’empereur accomplit ses dévotions quotidiennes aux divinités d’Ise, ce que précise le Sakkai-ki 薩戒記, les notes journalières du noble Yamanaka Sadachika 中山定親 (1401-1459) [Eikyō 6 (1434).12.26]. Ishibai no dan est un système de chauffage par le sol, composé d’une cavité de maçonnerie d’argile et couverte d’une dalle de pierre. Des braises déposées dans la cavité chauffent la pierre, sur laquelle l’empereur s’assoit durant ses dévotions. La Salle des Courtisans, Tenjō-bito no ma 殿上人間, est installée sur une galerie bâtie dans le prolongement ouest de la face sud du pavillon. L’historien de l’architecture Fujioka Michio 藤岡道夫 (1908-1988) souligne dans son étude sur le Palais impérial que les poteaux porteurs du Seiryōden de l’ère Ōei ont une section carrée, et non plus ronde comme dans le style shinden-zukuri 寝殿造 de l’époque ancienne. Il en déduit une diffusion, parmi les habitations des nobles, d’éléments de shoin-zukuri 書院造, un style architectural développé dans l’habitat des élites guerrières de la période médiévale (Kyōto gosho 京都御所, Shōkokusha, 1956, p. 145-146).

Le Palais impérial de l’ère Kōshō 康正 (1455-1457)

17Après que le palais de l’ère Ōei a été emporté par les flammes en 1443, le bakufu a entrepris la recherche de fonds parmi les seigneurs du pays, afin d’en financer la reconstruction. On suppose que cela ne fut pas sans peine, car les travaux furent interrompus à plusieurs reprises et ce n’est que quatorze ans plus tard qu’un nouveau palais a pu être inauguré. Achevé en Kōshō 2 (1456), les nouveaux bâtiments sont en partie dévastés par la guerre civile qui sévit à Kyōto au cours de la période dite des troubles d’Ōnin et qui s’étend de 1467 à 1477. Ce n’est qu’en 1479 (Bunmei 11) que les réparations faites à la suite des dommages de guerre ont été achevées. Bien que l’on ne connaisse pas le plan du palais à l’occasion de son inauguration en 1456, trois documents tardifs, datés de 1521 (Eishō 18) et dressés à l’occasion des cérémonies d’intronisation de l’empereur Gokashiwabara 後柏原天皇 (1464-1526), donnent un aperçu relativement précis du plan de la moitié sud du palais. Il s’agit du plan Gosokui-zu 御即位図 (Plan de la cérémonie d’intronisation) et de deux plans intitulés Gosokui teijō no zu 御即位庭上之図 (Plans de l’installation de la cour à l’occasion de la cérémonie d’intronisation), dont l’un (que l’on nomme ci-dessous « plan no 1 ») comporte une description détaillée du dispositif d’installation du Shinshinden et de la cour sud, mais sans mention du Seiryōden, alors que le second (plan no 2) ajoute un plan détaillé de cet édifice. Tous trois sont datés de 1521 (Eishō 18) et conservés aux Archives du Bureau des affaires impériales.

18Le Nisuiki 二水記 (Notes de l’ère Eishō), les notes journalières du noble Washio Takayasu 鷲尾隆康 (1485-1533), mentionne, en date du 1er jour de la 3e lune de la 18e année de l’ère Eishō (1521) :

今日御即位、南門代柱立之、其外四神旗柱条各立之
Aujourd’hui, cérémonies de l’intronisation. À la place de la porte sud [manquante], sont dressés des poteaux. Au-delà de ces poteaux, est érigé chacun des mâts supportant les bannières des Quatre divinités cardinales.

19On comprend à la lecture de cette note que l’enceinte du palais ne comporte pas de porte sud – ce qui est conforme à l’architecture des palais de l’époque –, bien que cet élément d’architecture soit nécessaire à la mise en œuvre d’un rituel d’intronisation hérité de la Chine et dans lequel la porte sud a un rôle à jouer. C’est pourquoi des poteaux symbolisant la porte ont été plantés au centre de la partie sud de la cour, dans l’axe de l’escalier du Shishinden, comme l’indique le Gosokui teijō no zu (plan no 1), qui figure deux poteaux et quatre mâts supportant les bannières. Les plans no 1 et no 2 montrent également l’emplacement du trône impérial au centre du Shishinden, le Takamikura, ou « Haut Siège », symbole de l’intronisation. Selon ces documents, le plan du Shishinden ne semble pas avoir été modifié depuis le palais de l’ère Ōei : l’édifice mesure sept travées de façade sur cinq de profondeur et il est protégé de volets shitomido sur ses quatre faces.

20Les deux plans sur lesquels le Seiryōden est visible indiquent un gabarit plus imposant que celui du palais de l’ère Ōei, puisqu’une galerie a été ajoutée le long de la face nord du pavillon. Cette seconde galerie, de type mago hisashi 孫庇, augmente la superficie de l’édifice d’une travée supplémentaire de part et d’autre du corps de logis, dans le sens nord-sud, ce qui donne au pavillon des dimensions semblables à celles du Pavillon de Pureté et Fraîcheur de l’époque de Heian. L’ajout de la galerie permet en outre l’installation de trois nouvelles salles, dont le nom de l’une d’entre-elles est noté sur les deux plans : Ogakumonjo 御学問所, la « Salle d’Étude », au coin nord-est de l’édifice. Cette salle n’existait pas dans le palais de l’ère Ōei, mais se retrouve dans les différentes reconstructions du Seiryōden qui eurent lieu au xviie siècle. La salle des femmes du service de l’empereur, osue 御末, à l’arrière de la salle de bain, est elle aussi plus vaste que celle du précédent palais. Hormis ces quelques agrandissements, l’organisation spatiale du palais de l’ère Kōshō reste semblable à celle du palais de l’ère Ōei. Le Dais impérial, michōdai 御帳台, siège de l’empereur, est placé sur la partie est du plancher de la salle de jour. La chambre à coucher, qui faisait deux travées carrées dans le palais précédent, a été élargie d’une travée. La chambre est nommée sur les plans Kenji no ma 劔璽間, « Salle de l’Épée et des Joyaux », l’Épée Kusanagi no tsurugi et le Collier Yasakani no magatama. Si le premier caractère ken 劔 a le sens d’épée, le second caractère, ji 璽, a le sens de sceau impérial, mais il désigne ici le Shirushi no mihako 璽の御筥, l’« Écrin de l’Insigne », c’est-à-dire la boîte qui renferme le Collier, enveloppée de plusieurs couches de soie que l’on ne change jamais, et que l’on recouvre d’une nouvelle pièce lorsqu’elle commence à s’user.

21Le détail des informations relatives à l’organisation de l’espace données sur les trois plans concerne principalement le dispositif d’installation du Shishinden et de la cour sud à l’occasion de la cérémonie d’intronisation. Selon le Gosokui teijō no zu (plan n° 1), le centre de la cour accueille le mât et la bannière du Corbeau de Bronze, dōo no tō 銅烏幢, dit aussi ugyō no dô 烏形幢. Si les deux plans de 1521 n’en dessinent pas la forme, bien que les emplacements soient clairement indiqués, il n’en est pas de même des peintures réalisées au cours de l’époque d’Edo à l’occasion des cérémonies d’intronisation. Trois d’entre-elles (une copie conservée à la bibliothèque de l’université de Waseda et deux autres conservées au Musée national de Tōkyō), des xviie et xviiie siècles, présentent un dispositif parfaitement identique à celui des plans de 1521. Selon ces documents tardifs, le mât du Corbeau de Bronze est surmonté de l’effigie d’un grand oiseau doré, le Milan doré, kinshi 金鵄, de la mythologie japonaise, auquel les Japonais ont associés depuis l’Antiquité le Corbeau des légendes chinoises. Le Nihon shoki 日本書紀 (Annales du Japon, 720) relate que le Milan doré rayonnait d’une lumière si éclatante – celle de la déesse solaire Amaterasu ōmikami – que les ennemis de l’empereur Jinmu 神武天皇 (le premier empereur humain, arrière- arrière-arrière petit-fils de la déesse solaire) en furent éblouis, alors que l’oiseau se posait à l’extrémité de son arc pour lui venir en aide dans un combat difficile ( 乃有金色霊鵄、飛来止于皇弓之弭。其鵄光曄煜、状如流電Nihon shoki, coll. Nihon koten bungaku zenshū, vol. 2, p. 222-223).

22De part et d’autre du mât du Corbeau de Bronze, on a dressé sur le côté ouest le mât de l’Astre Rayonnant de la Lune, Gatsuzō-dō 月象幢, surmonté d’un disque aux rayons argentés, avec en son centre le Crapaud (doré sur fond noir) de la légende chinoise (voir N. Fiévé, Annuaire de l’AIBL, fasc. 2013-IV, 2015, p. 1750-1751), et sur le côté est le mât de l’Astre Rayonnant du Soleil, Jitsuzōdō 日象幢, surmonté d’un disque aux rayons dorés, avec en son centre le Corbeau à Trois pattes (noir sur fond doré), Sansokuu 三足烏 (ch. sanzuwu), l’oiseau fantastique des légendes de la Chine ancienne, qui vit au centre du soleil et que l’on appelle aussi Kin.u 金烏 (ch. Jinwu), l’Oiseau de Métal. En Chine, « le Corbeau du soleil se définit par trois propriétés, la couleur rouge, ses trois pattes, sa piété, que les théoriciens des Han justifient en les rattachant à un même système de notions associées, que domine l’influence du yang » (J.-P. Diény, Rapport sur les conférences, année 1976-1977, EPHE, p. 1062). Il est un messager des dieux. Au Japon, cet emblème solaire qui protège du feu (et donc des incendies tant redoutés) est associé au Yata no karasu (ou Yata-garasu) 八咫烏, le Céleste Corbeau des récits mythologiques, et à la légende selon laquelle l’empereur Jinmu, au cours de sa progression vers l’est, fut guidé par l’apparition du Céleste Corbeau envoyé par la divinité solaire, alors qu’il était égaré avec son armée (Kojiki 古事記 [712], coll. Nihon koten bungaku zenshū, vol. 1, p. 148-149). Le Céleste Corbeau, comme le Milan doré, est un emblème solaire à la gloire d’Amaterasu. La Lune et le Soleil sont deux des douze attributs de l’empereur de Chine, attributs que ce dernier porte brodés sur sa robe de cérémonie, et les fresques d’une tombe datée de 167 et située à l’est de Changsha, dans la province du Hunan, montre déjà les bannières de la Lune avec en son centre le Crapaud et celle du Soleil avec le Corbeau (R. Mathieu, « Le corbeau dans la Chine ancienne », Revue de l’histoire des religions, CCI-3 [1984], p. 282).

23De part et d’autre des mâts des astres solaire et lunaire, côté est, se dressent les bannières des Quatre divinités : la bannière du Tigre Blanc, Byakko 白虎, puis celle du Guerrier de l’Obscurité, Genbu 玄武, et, côté ouest, celle du Moineau Cinabre, Shuzaku 朱雀, puis celle du Dragon Bleu-Vert, Seiryū 青龍. Les mâts qui supportent les bannières des Quatre divinités gardiennes de l’espace et protectrices du Palais impérial sont toutes surmontés de hallebardes.

24Alors que ces sept mâts forment un alignement est-ouest, viennent ensuite de part et d’autre, disposés dans le sens nord-sud, deux alignements de bannières symboles du pouvoir guerrier, à commencer par la bannière sombre du Grand général, Tōban 纛幡 (旗), le grand étendard de soie noire que l’on plaçait en Chine au centre de l’armée. L’un planté à l’est, l’autre à l’ouest, et les deux étendards sont surmontés d’un parasol (sk. chattrâ) – noir, car il s’agit de la bannière sombre du Grand général –, emblème de haute dignité politique ou spirituelle, dont le symbolisme a été diffusé à travers tout le continent asiatique, depuis la Perse qui le tenait de l’Assyrie, jusqu’au Japon. Succède à l’étendard du Grand général (toujours placé en vis-à-vis, à l’est et à l’ouest), les deux bannières des Dix mille années, Banzaiban ou Banzeiban 萬歳幡 (旗), brodés des caractères ban « 萬 » et zai « 歳 », et souhaits de longue vie au souverain. Viennent enfin, de part et d’autre, trois bannières du Faucon, Yōban 鷹幡 (旗), surmontées de lances, et cinq hallebardes, hoko 鉾, directement plantées dans le sol. Quant à la porte sud, visible sur les peintures de l’époque d’Edo (la porte sud est bâtie à partir des reconstructions du palais du xviie siècle), elle est ornée d’une paire de lions en pierre, shishi 獅子, communément appelés koma.inu 狛犬, « chiens du royaume de Kōrai 髙麗 », parce que les premiers exemples connus dans l’archipel provenaient du royaume de Koryŏ 髙麗 (918-1392).

25Chacun des trois plans indique la présence d’un cerisier, Sakon no sakura 左近桜, planté sur le côté est de l’escalier central du Shishinden, une évocation du printemps associée au levant. Un mandarinier de la variété Citrus nobilis, ukon no tachibana 右近橘, évocation de l’automne associée au couchant, est planté à l’ouest de l’escalier. À l’époque de Nara (710-784) et au début de l’époque de Heian, c’était un prunier qui poussait à proximité du Shishinden. Le prunier est un arbre importé de Chine, déjà très apprécié dans la culture des Tang, mais à partir du règne de l’empereur Ninmyō 仁明天皇 (r. 833-840), il fut remplacé par un cerisier de la variété des yama-zakura 山桜, un cerisier sauvage qui pousse naturellement dans tout le Japon. Depuis cette époque et jusqu’au Palais impérial actuel, un cerisier de cette espèce a été planté sans discontinuité à l’est du Shishinden. Quant au mandarinier sauvage, les sources indiquent qu’il n’apparaît dans la cour sud qu’à l’époque de Heian. Selon une légende rapportée par le Nihon shoki, l’empereur Suinin 垂仁天皇 (11e empereur, selon la mythologie) avait demandé à Tajimamori 田道間守 de lui rapporter un fruit au pouvoir surnaturel, appelé tokijiku no kaku no konomi 非時香菓. L’homme s’en était allé au Toyo no kuni 常世国, le pays des Immortels, où il était resté sans voir passer le temps, avant de s’en retourner sur terre avec les fruits demandés. À son retour, l’empereur était décédé. Tajimamori, après avoir déposé les fruits sur la tombe impériale, trépassait à son tour morfondu de chagrin (Nihon shoki, op. cit., p. 335-337). Les fruits du tachibana seraient ainsi ceux rapportés par Tajimamori et l’on aurait fait planter un arbre de cette essence à l’ouest de l’escalier du Shishinden en souvenir de l’anecdote édifiante.

26Les trois peintures des cérémonies d’intronisation décrivent en outre avec précision le dispositif autour du trône. Depuis l’arrière de l’édifice, l’endō ou mushiro no michi 筵道, le « chemin de nattes de paille », est un tapis de nattes emprunté par l’empereur lorsqu’il pénètre par l’arrière du Shishinden pour venir s’asseoir sur le trône. Le sesshō 摂政, « Régent », se tient debout à l’arrière gauche du trône, protégé par un paravent. Il porte dressé entre ses deux mains le shaku 笏, la tablette que tout dignitaire arbore lors d’une cérémonie, la tenant au niveau de la poitrine, et dont la partie la plus large orientée vers le haut symbolise le Ciel, alors que celle plus étroite, en bas, représente la Terre. Les hatori nyoju sannin 執翳女嬬三人, employées du Service intérieur chargées de dissimuler le visage de l’empereur avec un long éventail, sashiha 翳, se tiennent de part et d’autre à l’avant du trône, par deux groupes de trois, soit au nombre de six au total. D’après les codes, la nyoju 女嬬 est une employée du « Service intérieur du palais », en charge de tâches subalternes.

27Sur la droite du trône, l’« adjointe du Service intérieur chargée de hisser les tentures », kenchō tenji 褰帳典侍, attend pour soulever les rideaux (mokō 帽額) du dais, qui sont abaissés en début de cérémonie. On dit kenchō ou tobariage 褰帳, le « lever de rideau », pour désigner l’instant où l’on hisse les tentures du takamikura. À l’arrière de l’adjointe chargée de hisser les tentures, prend place la « dame de cérémonie », igi no myōbu 威儀命婦, qui se tient à proximité de la dame du Service intérieur du palais en charge des Joyaux, jinaishi 璽内侍, et de la dame en charge de l’Épée, kennaishi 劔内侍. Dans la dernière travée des côtés est et ouest du Shishinden, prennent place deux princes impériaux shinnō 親王 (l’un à l’arrière gauche et l’autre à l’arrière droit), deux chambellans, jijū 侍従, et deux petits référendaires, shōnagon 少納言, qui tous les six tiennent dressé entre leurs mains un shaku. Les hommes portent le sokutai 束帯, le pantalon aux longues jambes traînantes des cérémonies.

28La cour sud devant le Shishinden accueille quant à elle un grand nombre de personnages. Parmi ceux-ci, le « secrétaire du département des Affaires de la cour », naikishi ou uchi no shirushi tsukasa 内記司, qui a la charge d’enregistrer le déroulement de la cérémonie. Il se tient assis sur un tabouret placé sur le côté est du cerisier. Le naiki est montré sur les documents portant un shaku entre ses mains.

29De part et d’autre du chemin conduisant à l’escalier central du Shishinden, des généraux en second, jishō 次将, sont assis sur des tabourets, trois de chaque côté de l’allée centrale : d’un côté les généraux en second de la section de droite de la Garde du corps, Ukon.efu 左近衛, et, de l’autre, ceux de la section de gauche Sakon.efu 左近衛府 (la droite et la gauche de l’empereur qui regarde vers le sud). Les gardes du corps avaient pour mission de veiller à la sécurité de l’empereur. Lorsque celui-ci apparaissait au Shishinden, des gardes prenaient place au pied des escaliers, et les généraux en second ou en troisième se tenaient aux quatre coins de la galerie couverte (kairō 回廊) du pourtour de la cour. Il en était de même pour toute sortie de l’empereur en dehors du Seiryōden. Sur les documents, les généraux portent l’arc et le carquois, ornements de leur tenue de cérémonie.

30Au centre de la cour, plusieurs objets de cérémonie ont été disposés sur des trépieds : l’encens, 香, et deux imposants brûle-parfums, karo 火炉. Ces objets se trouvent à égale distance des bannières et des généraux en second. Debout, à l’arrière droite (côté ouest), se tient l’« adjoint à la cérémonie », tengi 典儀. De part et d’autre, à l’arrière des généraux en second, deux représentants de l’Office du Palais (Tonomoryō 主殿寮), tonomo 主殿, sont assis chacun sur un banc à deux places, à côté des « fonctionnaires de l’Office de la bibliothèque », zusho 圖書.

31Sur les côtés est et ouest de la cour, derrière les généraux en second, cinq hommes se tiennent debout de part et d’autre. Ils sont les torimono no shoshi 報物諸司, des hommes chargés de porter les étendards et autres objets utilisés au cours de la cérémonie. Le directeur de cérémonie en présence de l’empereur, naiben 内辨, est en position à l’ouest de la cour, devant la porte Gekkamon, et il est abrité par une tente. À proximité, sont assis sur une natte posée sur le sol, le maître de tambour, tsuzumi-shi 鼓師, et le maître du gong, kane-shi 鉦師, tous deux munis de leurs instruments. À l’arrière de ces derniers, on trouve l’« adjoint principal du département des Affaires de la cour », Nakatsukasa no (tai)fu 中務(大)輔, et le « fonctionnaire de l’Office des magasins d’armes », hyōgoryō ou suwamono no kura no tsukasa 兵庫寮. Plus au sud, deux « grands généraux », daishō 大将, deux « généraux de second rang », chūshō 中将, et deux « généraux de troisième rang », shōshō 小将, respectivement de la garde de droite (à l’ouest) et de la garde de gauche (à l’est), ont pris place sur des tabourets.

32Au centre de la moitié sud de la cour, entouré des différentes bannières, se tient le « fonctionnaire en charge de la lecture d’un senmyō 宣命 », ou senmyōshi 宣命使. Le senmyō est un édit impérial solennel, rédigé en langue japonaise (wabun 和文), mais que l’on transcrit en caractères chinois, sans utiliser le syllabaire japonais, kana. Les instructions de l’empereur étaient transmises, soit par les dames du Service intérieur, soit par un membre de la Chancellerie privée, à un ministre ou à un conseiller responsable.

33Autour de ce dispositif prennent place les « fonctionnaires en second d’une cérémonie au palais », geben 外弁 (辨), et à l’est de la cour le « secrétaire principal du ministère des Affaires suprêmes », daigeki 大外記, et le « secrétaire principal du Contrôle, section de gauche », sadaishi 左大史, tous deux placés en position assise. Sont enfin assis autour de l’emplacement de la porte sud un homme de garde de la maison Ōtomo, Tomo-shi 伴氏 (Ōtomo-shi 大伴氏), et un homme de garde de la maison Saeki, Saeki-shi 佐伯氏, un « garde des portes, section de gauche », saemonfu左衛門府, et un « garde des portes, section de droite », uemonfu 右衛門府. Deux « chiens de bronze », dōken 銅犬, encadre la face intérieure de la porte sud.

Description du palais de l’ère Keichō, palais de l’empereur Gomizunoo

34Les conférences se sont poursuivies par l’étude des plans des premiers palais de l’époque d’Edo, dont ceux du palais de l’ère Keichō, rebâti sur ordre de Tokugawa Ieyasu 徳川家康 pour l’empereur Gomizunoo 後水尾天皇 (r. 1611-1629), à partir d’éléments du palais que Toyotomi Hideyoshi avait fait édifier pour l’empereur Goyōzei 後陽成天皇 (r. 1586-1611). Selon les sources, des travaux ont été commencés dès 1606 (Keichō 11) pour agrandir le palais de l’empereur Goyōzei, mais en 1611 (Keichō 16), année de l’abdication de Goyōzei, des travaux de grande ampleur sont entrepris pour édifier le palais du nouvel empereur. Ces années sont marquées sur le plan politique par l’institutionnalisation par les Tokugawa de l’éviction officielle de l’empereur des affaires de l’État, et par la mise en place d’un système de compensation financière et matérielle accordée à la famille impériale, dont l’édification du vaste palais de Kyōto demeure l’une des pièces majeures.

35Comme l’attestent plusieurs documents, les seigneurs du pays financent en 1611 la construction d’un nouveau mur d’enceinte, tsuiji 築地. D’autres sources indiquent que des travaux de charpenterie débutent la même année. Au cours de la 7e lune de l’an 1613 (Keichō 18), on dresse les poteaux porteurs du pavillon du Naishi-dokoro. Selon le Takasuke sukune-ki 孝亮宿禰記, des notes journalières rédigées par Mibu Takasuke 壬生孝亮, fonctionnaire du ministère des Affaires suprême (Dajōkan 太政官), les « cérémonies de la poutre de faîte de cinq édifices sont prononcées par le maître charpentier. Il s’agit des Naishi-dokoro, Seiryōden, Tsunenogosho, Shishinden et Kogosho » (Takasuke sukune-ki, 1613, 11e lune).

36Le palais de l’ère Keichō est entièrement reconstruit à l’ère Kan.ei, dès 1642, sur ordre du troisième shōgun Tokugawa Iemitsu 徳川家光 (1604-1651), pour en faire la résidence de l’impératrice Meishō 明正天皇 (r. 1629-1643), la fille de Gomizunoo et de Tokugawa Kazuko 徳川和子 (1607-1678), qui monte sur le trône alors qu’elle est encore une enfant. Selon les travaux de Fujioka Michio, l’édifice principal (le hōjō 方丈) des appartements de l’abbé du Nanzenji 南禅寺 a été bâti à partir d’éléments d’architecture démontés du Seiryōden de 1590, alors que le kondō 金堂 du temple Ninnaji 仁和寺 a quant à lui été reconstruit à partir des éléments de charpente du Shishinden du Palais de l’ère Keichō, de même que le Mieidō 御影堂 du même temple a été rebâti à partir des pièces démontées du Seiryōden du palais de l’ère Keichō.

37Après avoir consacré plusieurs séances à l’administration et à l’organisation des charpentiers Nakai 中井家, les charpentiers officiels du bakufu pour la région du Kinki 近畿, les conférences du second semestre 2014-2015 ont porté sur le plan du palais de l’ère Keichō et sur la description architecturale de chacun de ses édifices. La reconstitution du plan du palais que l’on a établie a en grande partie reposé sur l’étude des plans de charpenterie réalisés par les Nakai et conservés aux Archives du Bureau des affaires impériales. Parmi ceux-ci, deux plans de grandes dimensions et fort détaillés ont attiré toute l’attention :
Keichōdo dairi sashizu 慶長度内裏指図 (Plan du palais de l’ère Keichō), plan de 1613 (144 cm × 180 cm), sur lequel il est noté au verso : « Kinchū sama go.i (mikurai) gosho sashizu 禁中様御位御所指図 (Plan du palais de son altesse) », une inscription datée de Kan.ei 18 (1641), avec mention « Nakai hikae 中井控 » (copie réalisée par la maison Nakai) et signée « Nakai yaku-dokoro 中井役所 » (bureau de la maison Nakai).
— Keichōdo dairi sashizu 慶長度内裏指図 (Plan du palais de l’ère Keichō), un plan du palais dressé en 1619 (209,5 cm × 110,5 cm), sur lequel il est noté au verso : « Genna 5 [1619], année du mouton, 10e lune, Kinchū osashizu 禁中御指図 (plan du Palais), construit en Keichō 17 [1612] et achevé l’année suivante, au cours de la 11e lune », avec mention d’une copie réalisée par la maison Nakai et signée du bureau de la maison Nakai. Le plan comporte en outre la notice suivante : « Plan du Palais, Kinchū osashizu 禁中御指図 : Palais de l’Empereur, Go.i no gosho, 御位之御所 (en bleu), Palais de l’Impératrice, Nyōgo sama gosho 女御様御所 (en jaune), Palais temporaire de l’Impératrice, dō osato no gosho 同御里之御所 (en jaune), Résidence de la Mère du Pays, Kokumo sama oyashiki 国母様御屋敷 (en bleu) ». L’expression « Mère du Pays », kokumo sama, désigne ici Chūwamon.in 中和門院, le nom d’impératrice douairière de Konoe Sakiko 近衛前子 (1575-1630), l’épouse de l’empereur Goyōzei et la mère de l’empereur Gomizunoo. Konoe Sakiko prend le nom de Chūwamon.in en 1622, alors qu’elle prend l’habit et se retire au temple Sennyūji 泉涌寺, et avant de décéder quelques années plus tard, en 1630. La mention de son nom, et non celui de Goyōzei, a vraisemblablement été portée sur le plan après le décès de l’empereur retiré, son époux. La face recto du plan indique par ailleurs clairement Chūwamon.in sama. À cette époque, l’impératrice en titre est Tokugawa Kazuko, épouse de Gomizunoo et cinquième fille du shōgun Hidetada.

38Le premier élément qui tranche avec les différents plans des palais précédemment étudiés est la résurgence de la grande porte sud, qui avait disparu depuis plusieurs siècles, comme cela a été mentionné plus haut. L’emplacement du Shishinden par rapport au Seiryōden demeure inchangé, mais la partie féminine du palais, kōkyū, au nord du Seiryōden, couvre désormais une vaste superficie de terrain, à peu près équivalente à celle de la moitié sud (Seiryōden, Shishinden et Nantei), ce qui est une nouveauté si l’on compare au plan des palais médiévaux. Quant aux modifications survenues dans le dessin du plan de 1619 par rapport à celui de 1613, elles concernent les agrandissements réalisés au cours de l’an 1619 pour le palais de l’impératrice, notés en jaune sur le plan, agrandissement qui sont en tout état de cause à l’origine de la réalisation de ce nouveau document.

39Les conférences du second semestre ont présenté dans le détail l’architecture de chacun des édifices du palais de l’ère Keichō, dont on donne ci-dessous la liste complète des portes et des bâtiments mentionnés sur les deux plans de 1613 et de 1619.

401) Minami gomon 南御門, la Grande Porte Sud, qui ouvre sur la Cour Sud, Nantei 南庭, du Shishinden. 2) Shishinden 紫宸殿, le Pavillon de l’Étoile Polaire, implanté sur le côté nord de la Cour Sud. L’édifice mesure neuf travées de large par quatre de profondeur, que prolonge une coursive hisashi 庇, qui en fait le tour. La Cour Sud est elle-même ceinte par le Konrō 軒廊, un édifice de liaison couvert. Au moment des cérémonies des Grandes Prémices, Daijōsai 大嘗祭, célébrées en début de règne, on y pratique une divination sur écaille de tortue, un événement nommé Konrō no miura 軒廊の御卜. De nos jours, le Konrō à une couverture de tuiles, des poteaux peints en rouge, et un sol de dalles en pierre. 3) Jin no za 陣座, Siège de la garde du corps, installé à proximité des appartements de l’empereur. 4) Giyōden 宜陽殿, Pavillon du Bénéfique Principe Yō. On y conserve des instruments de musique et des livres. Les coursives du Giyōden sont utilisées lors des cérémonies pour accueillir les dignitaires. 5) Gekkamon 月華門, la Porte de l’Éclat de la Lune (côté ouest de la Cour Sud). Dans cette partie de la cour, devant la porte, prennent place les hauts dignitaires et fonctionnaires lors des cérémonies de salut du souverain. 6) Uekimon 右掖門, Porte du côté Droit (ouest). 7) Saekimon 左掖門, Porte du côté Gauche (est). 8) Nikkamon 日華門, Porte de l’Éclat du Soleil (côté est de la Cour Sud). 9) Naishi-dokoro 内侍所, Service Intérieur du Palais. Jadis installé dans le pavillon de la Chaleur et de la Clarté (Unmeiden 温明殿), il recèle le Miroir sacré, que gardent les dames fonctionnaires du Service intérieur. 10) Naishi-dokoro no midaiban-dokoro 内侍所御台盤所, Cuisine du Service Intérieur du Palais. 11) Uma-beya 鳥部屋, écurie (l’écurie n’est pas notée sur le plan de 1613). 12) Ban-dokoro 番所, Bureau des Gardes du service de nuit. 13) Hi no mikado 日御門, Porte du Soleil. Cette porte est construite à l’emplacement du Kenshūnmon 建春門, la Porte du Vigoureux Printemps de l’antique palais. 14) Nagahashirō 長橋廊, Couloir [de liaison] du Long Pont, une galerie de liaison qui relie le Shishinden au Seiryōden. 15) Seiryōden 清涼殿, le Pavillon de Pureté et de Fraîcheur. Cet édifice, jadis de onze travées du nord au sud, sur cinq de l’est à l’ouest, est orienté nord-sud. On remarque sur le plan de 1613 que les anciennes proportions sont conservées. Le détail des salles qui composent le Pavillon de Pureté et Fraîcheur est bien visible sur le plan. 16) Shōdaibu no ma 諸大夫間, Salle des Dignitaires, est une antichambre d’attente pour la visite au palais d’un noble au-dessus du quatrième rang. 17) Tenjō no ma 殿上間, Salle d’En Haut ou Salle des Courtisans, où n’étaient admis que les nobles au-dessus du quatrième rang qui en avaient le privilège (tenjō-bito 殿上人). Quand il se rend dans cette salle, l’empereur prend place sur un siège, go.ishi 御倚子, placé à l’angle nord-est. Non loin de lui se trouve l’écran mobile sur lequel figure le calendrier annuel des célébrations de la Cour, nenjūgyōji no byōbu年中行事屏風. 17) Yotsuashi gomon 四足御門 ou Yotsuashimon 四足門, Porte à Quatre Pieds, c’est-à-dire à quatre poteaux porteurs. Ce type de porte existe depuis l’époque de Nara : deux poteaux de section ronde soutiennent la porte sur sa face extérieure, et deux sur sa face intérieure, un système qui permet d’aménager un large débord de toiture. L’ensemble fait une travée de large et deux de profondeur. À l’époque de Heian, il avait été fixé que seuls les nobles au-dessus du troisième rang pouvaient installer une porte à quatre pieds à l’entrée de leur palais, mais la règle n’est plus respectée dès le xiie siècle. Les Hōjō adopte cette porte à l’époque de Kamakura (1185-1333), période à laquelle elle devient la porte formelle pour un personnage de très haut rang. Yotsua-shimon s’écrit aussi avec la graphie 四脚門, et peut se lire dans ce cas shikyakumon. 18) Karamon 唐門, Porte Chinoise, ou porte galbée. Ce type de porte apparaît à la période médiévale dans les monastères bouddhiques, où elle marque l’accès aux espaces privés de l’abbé. Le procédé constructif repose sur deux forts poteaux de section ronde, surmontés de consoles qui débordent pour supporter la toiture. Celle-ci comprend à l’avant et à l’arrière un galbe à la chinoise, karahafu 唐破風, et la couverture est un bardeau d’écorces de cyprès. 19) Kirokujo ou Kiroku-dokoro 記録所, Salle des Écrits, là où sont rédigés les décrets impériaux. 20) Kogosho 小御所, Petit Palais. À partir de la fin de l’époque de Heian et jusqu’à la fin de l’époque Muromachi, Kogosho désigne le Pavillon de l’Est, Higashi no tainoya 東対屋, d’une habitation aristocratique. Ce pavillon était alors, selon le cas, celui de l’impératrice, de l’impératrice douairière, ou de l’épouse et des enfants. À l’époque de Kamakura, il se distingue nettement des autres édifices d’un palais que sont le Tsune no gosho 常御所, le Pavillon de la Vie Quotidienne pour le maître de maison, ou le Kyakuden 客殿, le Pavillon des Invités. En 1279, le Kogosho de la résidence shōgunale mesurait cinq travées de large par quatre de profondeur, et possédait sept salles, que séparaient des cloisons coulissantes et fixes. Dans le cas du Palais impérial, la destination de ce pavillon est modifiée au cours l’époque de Muromachi. Le Kogosho devient alors l’édifice destiné à l’accueil du shōgun, de ses représentants et de guerriers de haut rang, dont il adopte le style architectural shoin-zukuri 書院造, en vogue dans les demeures guerrières. À l’époque d’Edo, l’emplacement du Kogosho est fixé au nord-est du Seiryōden, emplacement qu’il occupe sans discontinuité depuis lors. Il est réservé aux envoyés shōgunaux, au Gouverneur de Kyōto, Kyōto shoshidai 京都所司代, ou à un seigneur domanial, daimyō 大名, en audience au Palais impérial. 21) Gakumonjo 学問所, Pavillon de l’Étude. Durant la période médiévale, gakumonjo est une pièce pour l’étude que l’on trouve dans toutes les habitations des élites (aristocratique, guerrière ou religieuse). Tous les palais shōgunaux de l’époque Muromachi possèdent un gakumonjo. Il est installé le plus souvent dans le corps de logis principal ou dans le jibutsudō 持仏堂, le pavillon qui abrite l’autel bouddhique. Au Palais impérial, Gakumonjo désigne le pavillon où ont lieu les rencontres et lectures mensuelles de poésie et où l’on pratique les arts et les divertissements. Le pavillon est aussi utilisé par l’empereur pour des rencontres avec un haut dignitaire ou un noble de haut rang. 21) Tsune-goten 常御殿, Pavillon de la Vie Quotidienne. À l’origine, le Tsune no gosho 常御所 est une salle ou un pavillon destiné à la vie privée de l’empereur ou du maître de maison. Cette salle apparaît dès la fin de l’époque de Heian, à l’intérieur du corps de logis principal et, bientôt, comme pavillon indépendant. En 1188, le Rokujō-dono 六条殿 de l’empereur Goshirakawa possédait déjà un pavillon indépendant dit Tsune no gosho. Au Palais impérial de Nijō-Tominokōji 二条富小路 (daté de 1331), le Seiryōden possédait une salle de deux travées carrées qui avait fonction de Tsune no gosho. Dès la fin de l’époque de Muromachi, ce pavillon adopte un style architectural en vogue avec les mœurs du temps proche du style shoin-zukuri. Il prend le nom de Tsunegoten à partir de l’époque d’Edo. C’est là, dès lors, que se passe une grande partie de la vie quotidienne et privée de l’empereur. Le Tsunegoten assume ainsi une partie des fonctions dédiées jadis au Seiryōden. 22) Nainai ban-dokoro 内々番所, Garde rapprochée de l’empereur. 23) Nikai-gura 二階蔵, réserve à deux niveaux (à un étage). 24) Okiyo-dokoro 御清所, Lieu de Pureté. Dans un palais noble, kiyo-dokoro est l’équivalent de mizushi-dokoro 御厨子所, la cuisine. Au Palais impérial, Okiyo-dokoro désigne les salles de cuisine où sont préparés les plats servis à l’empereur. 25) Ōdai-dokoro 大台所, Grande Cuisine, où l’on fait cuire les aliments. Les foyers sont installés à distance de l’édifice, le long du mur d’enceinte. 26) Kiyoma 清間, Salle de Pureté, attenante à la cuisine de l’empereur. 27) Ichi no tainoya 一対屋, Premier pavillon secondaire [de la partie féminine du Palais, le gynécée]. Un mur sépare le Palais de l’empereur du Palais arrière, kōkyū 後宮, la partie féminine, où vivent l’impératrice, les concubines et les enfants. 28) Ni no tainoya 二対屋, Second pavillon secondaire du palais féminin. 29) Nyōgo gosho 女御々殿, Pavillon de l’Impératrice. Nyōgo désigne l’épouse de l’empereur. Avant l’époque d’Edo, les nyōgo étaient choisies le plus souvent parmi les filles du grand chancelier ou du régent. Il s’agit du pavillon de Tokugawa Kazuko. Tout au long de l’époque d’Edo, le Nyōgo gosho est implanté au nord-est du Tsunegoten. 30) Shimo no ya 下屋, Chambres Inférieures, les chambres du personnel féminin. 31) Okiyo-dokoro 御清所, Lieu de Pureté, la cuisine de la partie féminine du Palais. 32) Tsukae no yohoro-beya 仕丁部屋, Chambre des porteurs. 33) Torikai-beya 鳥飼部屋, Poulailler. 34) Midai-dokoro mon 御台所門, Porte des Cuisines.

41Comparé au plan de 1613, celui de 1619, réalisé après que les quartiers de l’impératrice ont été agrandis, montre plusieurs transformations : dans la cour du Shishinden, on a bâti une scène de , nōbutai 能舞台, ainsi qu’un gakuya 楽屋, une arrière-salle de travail pour les artistes. Les plans mentionnent la présence de trois jardins : l’un s’étend devant le Seiryōden (il s’agit de la cour située à l’est de l’édifice, dont tout laisse penser qu’elle était davantage plantée qu’elle ne l’est aujourd’hui), un autre autour du Kogosho et un troisième devant le Gakumonjo. Le jardin devant le Kogosho semble particulièrement vaste, et les inscriptions Gotei (oniwa) 御庭 et gosensui 御泉水 suggèrent un jardin de plaisance avec une pièce d’eau. Le dessin du plan montre une longue galerie qui mène à un pavillon, probablement un kiosque sur pilotis au milieu d’un étang. L’existence de ces jardins d’agrément contraste fortement avec les dispositifs plus austères du Palais impérial de la période médiévale. La construction d’un Pavillon de l’Étude pour pratiquer les arts et les divertissements, l’installation de plusieurs jardins de plaisance et celle d’une scène de dressée au milieu de la cour cérémonielle expriment une réelle évolution de l’architecture du Palais impérial. L’installation quelques années plus tard de pavillons de thé et autres pavillons sukiya 数寄屋 traduit cette nouvelle tendance (v. N. Fiévé, Annuaire de l’EPHE, SHP, 145 (2012-2013), p. 360). Contraints de renoncer à la politique, l’empereur et sa cour doivent désormais s’adonner aux arts et aux lettres : en voici l’expression directe, inscrite dans les évolutions récentes de l’architecture du Palais impérial !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Fiévé, « Histoire de l’architecture et des jardins du Japon pré-moderne (xvie siècle – xixe siècle) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 346-360.

Référence électronique

Nicolas Fiévé, « Histoire de l’architecture et des jardins du Japon pré-moderne (xvie siècle – xixe siècle) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://ashp.revues.org/1884

Haut de page

Auteur

M. Nicolas Fiévé

Directeur d’études
M.
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org