Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire moderne et contemporaine de l'Occident
L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine)

L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine)

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Jacques Le Rider
p. 277

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : Karl Kraus, l’antimoderne.

Haut de page

Texte intégral

1Nous avons d’abord appliqué au cas du Viennois Karl Kraus les catégories d’analyse proposées par Antoine Compagnon dans Les Antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes (2005). Ennemi de ce qu’on est convenu d’appeler la « modernité viennoise », Kraus place sa revue Die Fackel tantôt sous le signe des Lumières (ce que connote la traduction de Fackel par Flambeau ; l’autre traduction possible, La Torche, convient mieux au redoutable polémiste et pamphlétaire Kraus), tantôt sous celui d’une critique virulente de l’idée de progrès, du libéralisme et de la rationalité scientifique et technique. Passant d’un extrême à l’autre en politique (sympathisant social-démocrate au début, puis ultra-conversateur à la veille de la Première Guerre mondiale, proche de « Vienne la rouge » en 1920 et finalement partisan de Dollfuss, « moindre mal » face au nazisme), il critique la société contemporaine avec une « éloquence véhémente et apocalyptique » (formule de Brunetière à propos de Joseph de Maistre en 1906). Sa conversion au catholicisme, en 1911, manifeste son adhésion aux positions antimodernistes de Pie X. Dans « Bekenntnis » (F 443-444, mi-novembre 1916, p. 28), il identifie son combat contre Vienne la béotienne à l’expédition des Épigones repartant à l’assaut de Thèbes. C’est dans la critique de la presse contemporaine, qu’il considère comme l’ennemie la plus dangereuse de la culture, que l’antimodernisme de Kraus s’exprime le plus nettement. Cet antimodernisme permet aussi de comprendre pourquoi Kraus parle parfois des Juifs contemporains avec si peu d’aménité que ses propos pourraient être ceux d’un antisémite.

2La suite de la conférence a été consacrée à l’analyse du chef-d’œuvre de Karl Kraus consacré à la Première Guerre mondiale, Les Derniers jours de l’humanité. Ce texte consistant pour moitié en citations de documents contemporains (articles de journaux et de revues, discours et communiqués officiels, affiches, photographies et cartes postales, etc.), on s’est efforcé de confronter quelques scènes avec les sources documentaires de Karl Kraus.

3En dernière partie de la conférence, nous avons étudié le texte de Walter Benjamin sur Karl Kraus de 1931.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Le Rider, « L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 277.

Référence électronique

Jacques Le Rider, « L’Europe et le monde germanique (époque moderne et contemporaine) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://ashp.revues.org/1870

Haut de page

Auteur

M. Jacques Le Rider

Directeur d’études
M.
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org