Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire moderne et contemporaine de l'Occident
Archives orales et histoire des organisations

Archives orales et histoire des organisations

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Florence Descamps
p. 256-267

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : I. Des archives sonores à la mémoire orale : la « fabrique » d’un patrimoine culturel immatériel ? (premier semestre). — II. Étude de cas. L’histoire orale du ministère des Finances au XXe siècle. Les années Mitterrand. La séquence Balladur 1986-1988 (second semestre).

Haut de page

Texte intégral

I. Des archives sonores à la mémoire orale : la « fabrique » d’un patrimoine immatériel ?

1L’articulation qui peut exister entre oralité, histoire, mémoire et patrimoine a dès l’entre-deux-guerres fait en France l’objet de questionnements de la part des sciences sociales ; elle a donné lieu à des pratiques d’enquête, appuyées sur l’innovation technologique en matière de prise de son et d’images. Le premier axe d’étude consiste à établir la généalogie et l’histoire de ces pratiques, depuis les premières fixations conservatoires et scientifiques de la parole dès le tournant du xxe siècle jusqu’aux actuelles enquêtes de mémoire orale filmées et à étudier les configurations scientifiques, techniques et sociales qui permettent leur émergence (archives de la parole, traditions orales, ethnographie et ethnomusicologie, histoire orale, archives orales, témoignages oraux, enquêtes orales, corpus oraux, mémoire orale, histoire visuelle, etc.)

2Le deuxième axe consiste à étudier comment ces pratiques d’enquête se sont doublées (ou non) de pratiques de patrimonialisation. Depuis les archives de la Parole créées en 1911 au sein de la Sorbonne jusqu’à la notion de « patrimoine culturel immatériel », élaborée puis imposée par l’Unesco en 2003, le séminaire s’interroge sur la manière dont la parole enregistrée et la mémoire mise en parole se trouvent elles aussi prises dans la « fabrique » du patrimoine. Comment analyser la demande sociale en matière de mémoire ? En quels termes et par quels canaux s’exprime-t-elle ? Quels acteurs se saisissent actuellement de cette demande sociale et cherchent à y répondre ? Quels sont les indices qui permettent de parler de patrimonialisation de la parole et de la mémoire ? Peut-on parler de régimes de mémorialité comme on parle de régimes d’historicité (Hartog) ? À quelles conditions peut-on parler de la constitution d’un patrimoine oral ou d’un patrimoine mémoriel ?

3Le troisième axe vise à analyser les effets de l’adjonction de l’image animée à la production du récit autobiographique à travers l’entretien. Pourquoi filmer les entretiens ? Quels dispositifs filmiques adopter et quels en sont leurs effets ? Comment analyser et valoriser les images produites ? Quels sont les apports comparés de l’image et du son ? L’image accélère-t-elle ou modifie-elle le processus de patrimonialisation ? L’histoire orale est-elle appelée à devenir une histoire visuelle ?

  • 1 Ce master vise à former des professionnels aptes à mettre en valeur des éléments de l’héritage hist (...)

4Le quatrième axe de travail est pratique et méthodologique ; il s’inscrit délibérément dans une démarche d’ingénierie patrimoniale et souhaite offrir les outils méthodologiques, scientifiques, juridiques et éthiques nécessaires pour répondre à la demande en matière de mémoire et de patrimoine oral. Le séminaire est suivi par les étudiants du master 2 de l’université Paris-I, « Histoire et gestion du patrimoine culturel français et européen »1, ainsi que par des professionnels directement impliqués dans des collectes de témoignages oraux. La question juridique et éthique fait désormais l’objet d’une séance entière.

5Pour appuyer cette réflexion, plusieurs études de cas ont été présentées, dont une expérience d’enquête orale sur un « monument » industriel et technique, le complexe métallurgique de MetalEurope : Usines de mémoires, par Arthur Mettétal et Xavier Antoinet2. Cette expérience de collecte de témoignages oraux recueillis auprès des ouvriers d’un grand site métallurgique désaffecté et en cours de dépollution, archivés, documentés et valorisés, a permis de questionner le processus de patrimonialisation et ses contingences. Les outils de valorisation, de documentation, de diffusion et de restitution (à la population concernée) ont fait l’objet d’une attention particulière, notamment la création d’un portail internet et la mise en ligne des témoignages oraux et des photographies3. Cet exemple illustre de façon intéressante la transmutation d’un monument bâti du patrimoine industriel, promis à la destruction matérielle et physique, en un monument immatériel de la mémoire ouvrière, qui constituera peut-être la seule trace de ce passé, sous condition que sa conservation et sa transmission en soient organisées de façon pérenne.

II. Histoire orale du ministère des Finances au XXe siècle

6Le second semestre est consacré à une étude de cas en histoire orale. Depuis plusieurs années, le séminaire accumule des matériaux pour une histoire du ministère des Finances au xxe siècle, à partir de l’apport croisé des sources écrites et des sources orales et à travers la confrontation des points de vue entre chercheurs et témoins, entre historiens économiques, historiens de l’administration, historiens du politique, économistes et politistes. Le questionnement porte sur la contribution du ministère des Finances à l’élaboration, à la décision et à l’application des successives politiques économiques et financières menées en France. La perception par les différentes directions centrales des enjeux économiques et financiers auxquels a été confrontée la France, qu’ils soient nationaux ou internationaux, la culture politique, économique et technique des dirigeants administratifs, la capacité des services à élaborer des solutions en réponse aux problèmes mis en exergue, le choix des dispositifs administratifs destinés à la mise en œuvre des politiques publiques concernées, le face-à-face décideur / expert, le rôle des « entourages » et la chronologie fine du processus décisionnel font l’objet d’une attention particulière. Le séminaire s’efforce d’organiser le dialogue croisé entre des chercheurs et des témoins-acteurs. Les séances sont enregistrées ; lorsque le témoin l’autorise, son témoignage est confié et archivé au Comité pour l’histoire économique et financière de la France qui conserve un corpus de plus de 3 000 heures d’enregistrement et de plus de 300 témoins.

7Depuis 2012, le séminaire explore le premier septennat de François Mitterrand. Questionnant les ruptures et les continuités communément admises, le séminaire s’efforce d’établir une chronologie fine du changement au ministère des Finances tout en l’insérant dans les perspectives de longue durée qui marquent l’histoire économique de la France depuis la Ve République (ouverture internationale, libéralisation économique et construction européenne). Inaugurée par « l’incartade socialiste » de 1981 (J.-C. Asselain), l’étude de la décennie permet de dégager l’alternance de séquences de changement contrastées, soit politiquement mises en scène (1983, 1986) soit au contraire rendues invisibles (1982, 1984), et de continuités incrémentales et discrètes tant dans les politiques mises en œuvre que dans les acteurs impliqués dans ces politiques.

8En 2015, après l’étude du ministère Bérégovoy, le séminaire s’est penché sur la contre-alternance de 1986-1988, miroir inversé du moment socialiste de 1981. Peut-on parler pour le ministériat d’Édouard Balladur ministre d’État, de l’Économie, des finances et des privatisations d’une expérience libérale ? Pour répondre à cette question, plusieurs éléments ont été mobilisés : la comparaison avec les expériences libérales étrangères notamment britanniques (M.-C. Esposito et les réformes de Margaret Thatcher) et la question de leur éventuelle influence sur les acteurs français ; l’identification et l’analyse de « marqueurs » explicitement libéraux dans les discours des acteurs et dans les réalisations du ministère Balladur (Descamps, Quennouëlle, Reichart). Sont venus en appui de ces recherches les témoignages individuels de divers hauts fonctionnaires du ministère des Finances, acteurs ou témoins « privilégiés » de ces alternances : Jacques Desponts, conseiller technique au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre des Finances en 1984-1986 et directeur de la direction des Relations extérieures en 1989-1993 ; Patrice Cahart, chef du service de législation fiscale en 1985-1986 ; Daniel Bouton, directeur de cabinet d’Alain Juppé ministre délégué au Budget et directeur du Budget de 1988 à 1991). Ces interventions ont complété les témoignages recueillis l’année précédente sur le cabinet Balladur (Xavier Blandin pour le Trésor et les privatisations, Michel Prada et Emmanuel Rodocanachi pour la direction du Budget).

9La question de l’émergence d’un néo-libéralisme ou d’un social-libéralisme en France dans la période mérite un examen approfondi et devrait de ce fait se poursuivre dans les mois à venir.

Haut de page

Notes

1 Ce master vise à former des professionnels aptes à mettre en valeur des éléments de l’héritage historique et culturel, français et européen, en leur assurant une solide culture générale (histoire, histoire de l’art, patrimoine) et en leur donnant une formation professionnelle (ingénierie culturelle et historique, gestion de projet, valorisation patrimoniale). Les étudiants du mastère rendent un mémoire à la fin de l’année donnant lieu à évaluation ; il leur est proposé de réaliser un dossier de présentation d’une collection de témoignages oraux existante avec proposition de valorisation ou d’exploitation historique, ou de présenter un projet de création d’un corpus de témoignages oraux, accompagné de la réalisation et de l’analyse d’interviews.

2 https://afas.revues.org/2919.

3 http://www.a-symposium.com/index.php?/realisation/expositions/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Descamps, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 256-267.

Référence électronique

Florence Descamps, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://ashp.revues.org/1867

Haut de page

Auteur

Mme Florence Descamps

Maître de conférences
Mme
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org