Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire moderne et contemporaine de l'Occident
Histoire de l’art de la Renaissance

Histoire de l’art de la Renaissance

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Sabine Frommel
p. 236-237

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : Innovation architecturale en dehors du domaine monumental.

Haut de page

Texte intégral

1Le cycle de conférence s’est inscrit dans la continuité de nos recherches sur l’architecture peinte qui ont fait l’objet de notre enseignement en 2006-2007 et 2007-2008 (Architecture dans la peinture : l’architecture imaginée et son rôle dans l’évolution des typologies et des formes). Il s’est organisé d’une part autour du lien entre architecture réelle et architecture imaginaire et d’autre part autour de la manière dont ces représentations ont contribué aux mutations des langages stylistiques. L’enseignement a été divisé en quatre volets.

2Les conférences se sont d’abord concentrées sur le tableau de l’Adoration (galerie des Offices) de Leonardo da Vinci, réalisé pour les Augustins de San Donato in Scopeto à Florence, que l’artiste a laissé inachevé lorsqu’il partit pour Milan en 1482. La restauration actuellement en cours de ce tableau a mis au jour des pentimenti, qui trahissent que différentes solutions ont été examinées par le peintre, tant pour les figures et leurs emplacements que pour l’arrière-plan architectural. D’une mise en parallèle entre le tableau et les deux dessins préparatoires conservés au Louvre et aux Offices peuvent être mises en évidence des phases successives dans l’évolution de ces architectures, notamment la ruine à l’antique, marquée par deux rampes d’escalier parallèles. Il s’avère que Leonardo a focalisé de plus en plus son intérêt sur cette construction, en marginalisant la mangeoire, attribut traditionnel de cette scène. Dans la version conservée aux Offices, la sainte famille se trouve même reléguée à l’arrière plan. Le commanditaire dut vraisemblablement insister pour que l’artiste inverse la hiérarchie et accorde une place privilégiée à ce groupe.

3Les traces qui se sont dégagées grâce au diagnostic font comprendre que Leonardo avait envisagé d’abord un arrière-plan architectural plus développé, sans doute une espèce de forum, même s’il reste difficile de rattacher les bases et les fûts de colonnes éparpillés à l’arrière plan de la composition à une structure précise. Sur les trois représentations, des figures transportent des matériaux de construction ou exécutent des travaux – dans le dessin des Offices quelques-uns fixent une énorme tente censée protéger une partie du site – ce qui fait comprendre qu’il s’agit du chantier soit d’un nouveau bâtiment, soit d’une ruine à consolider. Peut-être l’artiste a-t-il voulu évoquer le début d’une nouvelle ère marquée par cet événement tout en glorifiant saint Joseph et son métier de charpentier, étant donné la présence du bois.

4Le soubassement desservi par deux rampes parallèles rappelle l’église San Sebastiano de Leon Battista Alberti à Mantoue. Il est sans doute aussi inspiré par temple de Claude à Rome (figuré par un dessin de Francesco di Giorgio) assimilé pour la villa de Poggio a Caiano que Laurent le Magnifique fit réaliser d’après le projet de Giuliano da Sangallo. L’Adoration de Léonard précède cependant le chantier de cette demeure qui entra en phase opérationnelle seulement en été 1485 et il est peu probable que des dessins relatifs à cette construction aient déjà circulé en 1482. Selon Giorgio Vasari (Le Vite) le projet de la villa médicéenne est issu d’un concours auquel Leonardo aurait pu participer. Selon des pratiques de la gara alors en vigueur, le projet d’exécution associait des solutions de plusieurs concurrents. En tout cas dans aucun de ses tableaux le Florentin n’a étudié une composition architecturale avec un tel acharnement, ce qui suggère une invention personnelle, assimilée au sein d’une œuvre figurée.

5Nous avons ensuite essayé de dégager les différences entre l’Adoration de Leonardo et le tableau que les Augustins de San Donato in Scopeto firent exécuter en 1496 par Filippino Lippi (Florence, Galleria degli Uffizi). Il est possible que l’ordre ait souhaité le recours à une représentation architecturale plus traditionnelle avec une pauvre construction en bois que l’artiste plaça derrière une sainte famille animée par des gestes et des valeurs chromatiques innovants. La question des prédilections iconographiques de la part des ordres religieux, souvent enracinées dans de vieilles traditions, a complété les réflexions de cette partie.

6Le troisième volet s’est intéressé à la fortune d’une telle combinaison de la scène de l’Adoration et du chantier pendant la Renaissance italienne. En 1489, Andrea Mantegna figura dans la Madonna della cava (Florence, Galleria degli Uffizi) des carrières où des ouvriers taillent la pierre et fabriquent des détails d’ordres vitruviens. Vers 1523, un artiste anonyme, probablement Sebastiano Serlio, suivit encore plus directement le modèle de Leonardo, en figurant au sein d’une ruine des travaux de charpentiers (collection privée).

7Le dernier volet enfin s’est demandé si les architectures fictives au sein de dessins, tableaux et marqueteries, sans oublier des tabernacles, ne représentent pas parfois des projets d’architecture abandonnés ou modifiés. De surcroît, les maquettes d’architecture, présentes en grande quantité sur des chantiers, dans les palais des commanditaires ou des institutions, constituèrent par la simulation en miniature une référence adéquate pour les peintres, plus facile à recopier qu’un monument. Ce regard croisé a permis la découverte de témoignages liés aux grands chantiers de la Renaissance et un premier parcours analytique a révélé des occurrences susceptibles d’appartenir à la mise au point de projets architecturaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Frommel, « Histoire de l’art de la Renaissance », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 236-237.

Référence électronique

Sabine Frommel, « Histoire de l’art de la Renaissance », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://ashp.revues.org/1856

Haut de page

Auteur

Mme Sabine Frommel

Directeur d’études
Mme
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org