Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux
Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale

Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Stéphane Péquignot
p. 205-208

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : I. Introduction aux diplomaties médiévales : étude des traités passés par les rois d’Aragon avec leurs voisins (XIIIe-XVe siècles). — II. La guerre civile catalane (1462-1472). Enquête sur la genèse et les transformations du Principat de Catalogne (suite).

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction aux diplomaties médiévales : étude des traités passés par les rois d’Aragon avec leurs voisins (XIIIe-XVe siècles)

1La première partie du séminaire a été consacrée aux enjeux et aux modalités de la rupture des traités entre princes aux xiiie-xve siècles. Après un bilan historiographique, l’enquête s’est concentrée sur les relations des rois d’Aragon avec leurs principaux voisins, les rois de Castille, de France et de Navarre, les émirs de Grenade. Deux types de sources ont été privilégiés lors des conférences : les traités et, surtout, les chroniques.

  • 1 Voir, par exemple, pour la guerre opposant Pierre IV d’Aragon à Pierre de Castille, Donald J. Kagay (...)

2Conçus avec des finalités diverses – sceller une alliance offensive, rétablir la paix, consolider un ordre territorial précaire –, les traités étudiés comportent pour deux tiers d’entre eux des clauses envisageant l’hypothèse où ils viendraient à être enfreints. La lecture des traités des rois d’Aragon avec les rois de Castille a permis de relever différentes façons de désigner ces actes condamnables (par exemple, en latin, infringere pacta, venire contra pacta, en aragonais et en castillan, quebrar, quebramiento, en catalan, trencar, trencament), d’analyser également la teneur et les variations des clauses concernées. Les contractants s’y engagent souvent de façon explicite à ne pas aller à l’encontre des traités, à agir sans tromperie ou sans ruse (sine omni fraude et dolo, sine enganno). D’autres clauses précisent les sanctions encourues, de la colère de Dieu à la confiscation de biens ou à la saisie de territoires. Par des mécanismes gradués d’avertissements et de sanctions, il s’agit souvent de rendre plus difficile l’éclat d’une rupture, d’établir les conditions pour qu’elle ne puisse revêtir un caractère définitif. En pratique toutefois, comme en témoignent de nombreuses correspondances princières et diplomatiques, les atteintes aux dispositions des traités s’avèrent fréquentes1. La rupture même présente des formes diverses, depuis la protestatio actée devant notaire jusqu’au défi.

  • 2 Crònica o Llibre dels Feits, éd. Ferran Soldevila, Les quatre grans cròniques, Barcelone, 1971, § 2 (...)
  • 3 Crónica de San Juan de la Peña (versión aragonesa), éd. Carmen Orcastegui Gros, Saragosse, 1985, p. (...)

3Plusieurs séances du séminaire ont ensuite eu pour thème la place accordée à ce phénomène dans les textes historiographiques catalans, aragonais et castillans. Dans la couronne d’Aragon, alors que les Gesta comitum barcinonensium et leurs continuations restent à ce sujet peu disertes, le Llibre dels fets du roi Jacques Ier le Conquérant recèle de nombreux passages explicites2. À leur lecture, on a pu distinguer l’affirmation d’un puissant èthos royal du respect de la parole donnée et des conventions signées, mais aussi de nombreuses appréciations pragmatiques des situations pouvant conduire à une rupture. Dans le Llibre, les étrangers, les sujets rebelles ou les musulmans sont et doivent demeurer les seuls responsables de l’atteinte portée à un traité, il est impératif de faire arriver l’autre contractant au point de rupture plutôt que d’avoir soi-même à en endosser la responsabilité. D’où la joie explicite et manifeste de Jacques Ier d’Aragon lorsqu’un adversaire enfreint un accord et le délivre ainsi d’obligations devenues pesantes. Pour le roi comme pour Bernat Desclot et Ramon Muntaner, dont les chroniques, postérieures, ont également été examinées, le récit de la rupture d’un traité est aussi propice à une distinction radicale entre les bons rois, d’Aragon en l’occurrence, naturellement respectueux de leur parole, et les autres, qui se dénoncent par leurs turpitudes. Un siècle après le Llibre dels fets, les différentes versions de la Crónica de San Juan de la Peña brodent sur un motif similaire, avec une même tension entre le nécessaire respect de leurs engagements par les bons rois et des manières de faire plus pragmatiques. Un pas est néanmoins franchi avec l’éloge de sujets du roi d’Aragon qui, à son insu et pour mieux le servir, manipulent sa parole et s’engagent dans un faux accord ou feignent de rompre un traité existant3. Il est alors possible, voire légitime de jouer de l’intangibilité des traités, pourvu que la responsabilité n’en incombe pas au roi, et que le bénéfice du subterfuge lui soit favorable.

4Le même questionnaire a ensuite guidé l’interprétation de la production historiographique castillane. Si les textes les plus anciens – Cronica Najerense, Historia Silense (ou Historia legionensis), Historia Compostellana et Cronica Adefonsi imperatoris – se sont révélés décevants, plusieurs passages de la Cronica (latina) regum Castellae et de l’Historia de rebus Hispaniae sive Historia Gothica de Rodrigo Jiménez de Rada ont en revanche pu faire l’objet de commentaires détaillés. L’alliance entre les rois de Castille et d’Aragon y est envisagée comme nécessaire et voulue par Dieu pour le bien de la Chrétienté, car elle doit faciliter la conquête de territoires sous contrôle des musulmans. Dans cette perspective, enfreindre un traité entre chrétiens constitue une véritable erreur de perspective historique. Quelques décennies plus tard encore, dans la versión crítica et la versión primitiva de l’Estoria de España, un tel acte s’apparente à une atteinte à l’ordre divin. Des modifications sensibles apparaissent ensuite dans la Crónica de los tres reyes (Alphonse X, Sanche IV, Ferdinand IV) et dans la Crónica de Alfonso XI. Les ruptures de traités y surgissent dans des phases de fragilité de l’institution monarchique, lorsque le roi est enfant ou mourant. Désormais, comme dans le Llibre dels fets, l’appréciation des circonstances des ruptures, la capacité à agir pour les déclencher ou pour les empêcher sont jugées très utiles pour des gouvernants qui doivent néanmoins continuer à proclamer publiquement leur attachement à la fides engagée.

5Cette partie du séminaire a été complétée par l’analyse comparative du sort réservé aux nombreuses ruptures de traités advenues lors de la Guerra de los dos Pedros. Les textes principaux sont ici le Llibre de Pierre IV d’Aragon et, du côté castillan, la Crónica del Rey don Pedro y del Rey don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno de Pero López de Ayala. Au-delà de différences très notables dans le mode narratif choisi, la rupture est dans les deux œuvres dépeinte comme un processus long et complexe, une affaire technique et scripturaire. Pour des raisons différentes, le roi d’Aragon et le chancelier castillan passé au service des Trastamare imputent tous deux la responsabilité de la rupture au roi Pierre de Castille. Le mauvais roi fait l’unanimité contre lui et est condamné par le même topos historiographique, celui du souverain qui manque à sa parole. En revanche, le respect problématique du traité d’entraide passé au plus fort de la guerre entre Henri de Trastamare (le futur Henri Ier de Castille) et le roi d’Aragon donne lieu à des appréciations très divergentes. Ayala justifie rétrospectivement le refus réitéré d’Henri (son nouveau roi) d’en accomplir les clauses : des circonstances l’en auraient empêché, et il lui a fallu longtemps attendre avant qu’une modification en sa faveur n’ait rendu le traité acceptable. Pierre IV déplore au contraire dans son Livre que le traité ait de fait été rompu, et il ne consent au nouvel accord que par souci de paix. C’est là, de part et d’autre, reconnaître explicitement la fragilité intrinsèque des traités.

II. La guerre civile catalane (1462-1472). Enquête sur la genèse et les transformations du Principat de Catalogne

  • 4 Notamment Imma Muxella Prat, La terra en guerra. L’acció de les institucions durant el regnat de Re (...)

6Dans cette deuxième partie du séminaire, plus succincte, l’enquête sur la notion de Principat de Catalogne et ses usages a été poursuivie (voir résumé des conférences 2013-2014). Après avoir présenté plusieurs travaux récents importants consacrés à la guerre civile catalane4, les séances ont porté successivement sur trois dossiers complémentaires.

7Dans un premier temps, on a procédé à une lecture systématique des Dietaris de la Généralité de Catalogne pour la période 1411-1473. Ce journal d’institution change de fonction au mitan du siècle, avec l’arrivée d’un nouveau scrivà general, Jaume Safont, et l’accentuation des tensions politiques. Abritant d’abord, pour l’essentiel, les nominations et les déplacements d’officiers ainsi que des mentions éparses d’événements majeurs comme les entrées princières, le Dietari garde un rôle de mémoire administrative, mais plusieurs notices sont désormais développées avec une ampleur inédite. Le journal rejoint ainsi les confins franchissables de l’instrument de travail administratif et de l’écriture historiographique. Dans ce cadre transformé, de nombreux passages se réfèrent explicitement au Principat de Catalogne. Lorsque les hommes de la Généralité en viennent, à partir de 1461, à s’opposer frontalement au roi d’Aragon Jean II, le Dietari accomplit une mue partielle et éphémère. Le Principat y demeure un référent territorial et juridique, mais avec des développements qui justifient sa défense par les hommes de la Généralité.

8Plusieurs passages du Regiment de la cosa pública et du Dotzè del Crestià de Francesc Eiximenis ont ensuite été traduits et commentés au regard de lettres composées par les opposants au roi d’Aragon et évoquant le Principat durant la guerre civile. Il s’agissait ainsi de montrer les affinités idéologiques apparentes de ces derniers avec le franciscain, tout en soulignant les difficultés méthodologiques à établir de tels liens.

9Les dernières séances ont porté sur les Libri turbationum produits par la Généralité de Catalogne opposée au roi d’Aragon, puis sur le registre de Bernat ça Portella, qui fut plusieurs années l’unique député d’une autre Généralité de Catalogne, fidèle au monarque. L’examen de ce riche matériau a permis d’observer comment évoluent les formes de représentation politique durant le conflit, comment les modalités même de la représentation politique, au premier chef la Généralité elle-même, font alors l’objet de luttes. Le Principat créé plus d’un siècle auparavant par les juristes du roi est dans ce nouveau contexte envisagé et instrumentalisé par les opposants à Jean II comme un sujet politique autonome, dont ils n’hésitent pas à user pour condamner le monarque. Pour l’autre Généralité en revanche, le Principat reste une représentation politique de la Catalogne légitime uniquement si elle est autorisée par le roi.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, pour la guerre opposant Pierre IV d’Aragon à Pierre de Castille, Donald J. Kagay, « Disposable Alliances. Aragon and Castile during the War of the Two Pedros and Beyond », Studies in Medieval and Renaissance history (Serie 3), 10 (2013).

2 Crònica o Llibre dels Feits, éd. Ferran Soldevila, Les quatre grans cròniques, Barcelone, 1971, § 25-27, § 307, § 314, § 318-319, § 321, § 333-334, § 416-417, § 497-498.

3 Crónica de San Juan de la Peña (versión aragonesa), éd. Carmen Orcastegui Gros, Saragosse, 1985, p. 105-106.

4 Notamment Imma Muxella Prat, La terra en guerra. L’acció de les institucions durant el regnat de Renat d’Anjou (1466.1472), thèse de doctorat (dir. E. Serra i Puig), université de Barcelone, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Péquignot, « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 205-208.

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ashp.revues.org/1849

Haut de page

Auteur

M. Stéphane Péquignot

Maître de conférences
M.
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org