Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux
Culture et vulgarisation dans la France médiévale

Culture et vulgarisation dans la France médiévale

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Joëlle Ducos
p. 203-204

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : I. Écrire en latin et en français au XIIIe siècle. — II. Les âges de l’homme dans la littérature française (XIIIe-XIVe siècles).

Haut de page

Texte intégral

I. Écrire en latin et en français au XIIIe siècle

1Pour la troisième année consécutive, le thème de l’écriture en latin et en français au xiiie siècle a été repris, avec un élargissement à des corpus empruntés à trois domaines, religieux, « scientifique », ainsi que celui de l’éducation des princes. L’une des questions majeures a été une interrogation sur ce qu’est la vulgarisation au Moyen Âge, en termes aussi bien de choix linguistiques, d’écriture et d’enjeux. La place du latin et du français dans les textes est essentielle en ce siècle : ont été ainsi examinés les textes bilingues, fréquents dans les écrits religieux, mais aussi dramatiques. La publication du recueil collectif Latinum cedens (éd. Champion) sous la direction de Stéphane Marcotte et de Christine Silvi a permis d’envisager la diversité de la création lexicale en ce siècle, l’imitation du latin n’étant pas de règle, aussi bien dans les textes scientifiques que juridiques par exemple. C’est aussi l’écriture mystique en français qui a été abordée grâce à l’intervention de Mme Marie-Pascale Halary, maître de conférences à l’université Lumière–Lyon-II, le 29 janvier 2015, et avec le cas de Marguerite Porete, dont M. Jean-René Valette, professeur à l’université Paris-Ouest–Nanterre-La Défense, a montré la relation avec l’écriture courtoise et poétique des troubadours. La mystique en langue vernaculaire reprend ainsi les procédés poétiques et stylistiques des poètes pour une expression de l’amour de Dieu.

2Le choix linguistique est aussi à mettre en relation avec la circulation des textes et les aires géographiques. Le cas du Sud de la France, qu’a étudié Mme Valérie Fasseur, le 4 décembre 2014, a permis de montrer combien le pays d’oc est terre de passage, et à ce titre, la production textuelle et la diversité linguistique rendent compte de différents niveaux de vulgarisation qui révèlent des relations multiples et complexes aux langues, latine, d’oïl, d’oc et catalane, toutes langues de communication, et ayant toutes un enjeu de transmission du savoir. Les langues vernaculaires ne sont ainsi pas uniquement celles des laïcs par opposition au latin des clercs, mais peuvent contribuer à construire une culture, qui ne s’oppose pas à celle des clercs, mais qui ne la reproduit pas non plus complètement. Qu’en est-il alors des rois ? Le français, langue des rois, objet d’études de Serge Lusignan, est plutôt celle des princes et de leur entourage. L’exposition consacrée à saint Louis à la Conciergerie a été l’occasion de s’intéresser de manière plus précise à Louis IX, et aux Enseignements saint Louis, écrits destinés à son fils ainsi qu’à ceux qu’il a effectués aussi pour sa fille : quelle pratique royale du français ? Le français apparaît comme langue d’éducation princière, sans différenciation de sexe, mais aussi comme pratique d’écriture royale, pour l’action politique et la définition de l’art de gouverner.

II. Les âges de la vie dans la littérature française

3Ce thème, commencé en 2014, est né de l’œuvre de Philippe de Novare et avait permis d’examiner la diversité des théories dans les textes médicaux jusqu’à Aldebrandin de Sienne. L’année 2015 a été l’occasion d’en voir les réalisations dans la littérature, entre système analogique, théorie médicale et rhétorique et poétique française. Plusieurs séances ont été consacrées à Philippe de Novare, pour une étude thématique des âges de la vie, mais aussi lexicale et sémantique. Elle a été complétée par un examen des manuscrits présents à la BNF, le 26 mai 2015, avec la collaboration de Mme M. H. Tesnière, conservatrice du département des manuscrits. Comment dire les âges de la vie ? Une réflexion a été menée avec les étudiants sur leurs œuvres d’études pour leurs mémoires. C’est dans cette perspective également que Mme Zinaïda Geylikman, doctorante à l’EPHE, a présenté ses réflexions à propos de Bachelier. Mais la thématique des âges de la vie se modifie dans la poésie de la fin du xve siècle, par rapports à ce qui avait pu être observé au cours du xiiie siècle avec le Roman de la Rose. Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, professeur à l’université Paris-Sorbonne, a proposé ses réflexions sur ce thème de la jeunesse et de la vieillesse, à propos de F. Villon le 21 mai, autour du puer senex (François Villon l’anti puer senex : vieillard ou jeune cocquart ? T., v. 735-736), révélant ainsi l’évolution de la thématique et son interprétation originale par F. Villon dans le cadre du Testament. Le séminaire s’est terminé avec la constitution commune d’un recueil, associant relevés et analyses, dans les dernières séances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Ducos, « Culture et vulgarisation dans la France médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 203-204.

Référence électronique

Joëlle Ducos, « Culture et vulgarisation dans la France médiévale », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://ashp.revues.org/1848

Haut de page

Auteur

Mme Joëlle Ducos

Directeur d’études
Mme
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org