Navigation – Plan du site
EPHE
Antiquité classique
Épigraphie latine du monde romain

Épigraphie latine du monde romain

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de François Bérard
p. 106-110

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : I. La hiérarchie de l’armée romaine (fin) : principales. — II. Nouvelles inscriptions relatives à l’administration de Rome, des provinces et des cités.

Haut de page

Texte intégral

I. La hiérarchie de l’armée romaine : principales

1Après la carrière des centurions en 2013-2014, l’enquête sur la hiérarchie militaire a porté en 2014-2015 sur les carrières des sous-officiers (principales). L’objectif était de mettre à jour le travail de référence sur le sujet, la thèse de D. J. Breeze, reprise dans un gros article des Bonner Jahrbücher de 1974 (« The career structure of the immunes and principales »), et de réexaminer certains points délicats, comme la distinction entre les principales, qui sont les véritables sous-officiers, et les immunes, qui, entre les simples soldats et les sous-officiers, ont une position intermédiaire qui se caractérise surtout par l’exemption de certaines corvées. Une attention particulière a été portée à la chronologie, la distinction entre les deux catégories semblant ne s’être établie que progressivement, aussi bien dans le vocabulaire que dans la réalité des carrières, qui se sont peu à peu développées. Il faut donc se demander si les carrières plus détaillées qu’on observe à l’époque sévérienne marquent un aboutissement du processus ou si ce n’est qu’un effet de sources, les inscriptions étant pour cette époque à la fois plus nombreuses et plus détaillées. Mais l’appréciation est difficile, étant donnée la rareté de la documentation pour le ier siècle apr. J.-C.

2Nous avons commencé par l’étude des trois charges dites tactiques (tesserarius, optio, signifer), qui, dans cet ordre, sont considérées comme l’armature obligatoire d’une carrière de sous-officier (cf. surtout A. von Domaszewski dans la fameuse Rangordnung et M. Durry, Cohortes prétoriennes, p. 101-107, avec deux exemples qui datent tous deux du iiie siècle). Mais la succession semble moins systématique qu’on le croit souvent, même dans les cohortes prétoriennes, comme l’a bien montré D. J. Breeze. Si le schéma classique comprenant les trois charges tactiques y est incontestablement bien attesté, avec L. Pompeius Reburrus (CIL, II, 2610), C. Oppius Bassus (IX, 5839), Amblasius Secundus (XI, 710), Vlpius Florus (IX, 1609), Sext[ilius ?] Marc[ianus ?] (XIII, 6728) ou l’anonyme VI, 3661, on trouve aussi des types d’avancement différent. Ainsi il n’y a que deux charges tactiques dans les carrières par ailleurs brillantes de D. Furius Octauius Secundus (III, 7334) et C. Arrius Clemens (XI, 5646), ainsi que sans doute pour les anonymes CIL, VI, 2794 et X, 1763, et une seule, celle d’optio, dans celles de C. Lucilius Vindex (IX, 5839) et L. Tatinius Cnosus (AE, 1933, 87 = CIGL Philippes, no 85). On peut cependant se demander, dans ces deux derniers cas, s’il ne s’agit pas d’une marque d’ancienneté, les inscriptions datant du ier siècle, plutôt que d’un signe d’avancement particulièrement rapide. Il faut signaler, enfin, des carrières qui ne passent pas par les charges tactiques, mais uniquement par des postes de techniciens ou d’état-major. Ces sous-officiers ne parviennent pas le plus souvent au centurionat, mais une partie obtiennent le rang d’euocatus, qui leur permet de continuer leurs activités : cf. par exemple CIL, VI, 2440, avec un cavalier promu optio equitum, puis corniculaire du tribun, ou plus récemment AE, 1990, 896, avec un tubicen, puis optio ad carcerem parvenant à l’euocatio puis au centurionat. On a terminé en examinant cette particularité de la carrière prétorienne, qui permet de maintenir en service des soldats au delà des seize années réglementaires : comme l’a montré E. Birley dans un article pionnier, seulement une minorité des euocati arrivent au centurionat, la majorité prolongeant seulement leur service, souvent dans des fonctions techniques ou administratives.

3La même diversité peut être observée dans les cohortes urbaines, puisque si on trouve la succession des trois charges tactiques dans la carrière célèbre de C. Luccius Sabinus, la plus longue de toute l’armée romaine (CIL, X, 1617), et désormais pour C. Publicius Victor dans une nouvelle épitaphe de Philippes (CIGL Philippes, no 82), celle de C. Vasidius Bellicus (CIL, VIII, 4874) n’en compte que deux en omettant le grade de tesserarius.

4La séquence des trois charges tactiques existe aussi dans les légions (CIL, VIII, 217 = 11301 = ILS, 2658 dans la IIIe Augusta), mais, comme l’a bien noté D. J. Breeze, elle est encore moins systématique que dans le prétoire, et de nombreuses carrières ne présentent que deux postes (CIL, III, 11135 ; cf. AE, 1983, 767, avec l’étude de M. P. Speidel, « The career of a legionary », TAPA, 112, 1982, p. 209-214 ; AE, 1937, 101 = CIA, 153 = LIA, 165), voire le seul poste d’optio, éventuellement combiné avec des fonctions administratives, comme celles de bénéficiaire ou de corniculaire, et pouvant donner accès au centurionat (CIL, III, 12411 ; V, 7004 ; AE, 1951, 174 = Suppl It, 4, Trebula Suffenas, 31). On constate aussi des variations dans l’ordre des trois charges tactiques, celle d’optio étant parfois exercée après celle de signifer ; c’est le poste que les inscriptions désignent comme optio spei (ou ad spem), parce qu’il ouvrait l’accès au centurionat : CIL, III, 4445 (= Tit Aq, I, 97), 12411, AE, 1937, 101 etc, sans doute aussi CIL, III, 11135 = AE, 1983, 767, mais avec le mot candidatus. Mais plutôt que d’y voir un grade autonome et différent de l’optio classique, comme Domaszewski et Speidel, il vaut mieux considérer, à la suite de Passerini (Legio, p. 595 et 607) et Breeze (cf. aussi Optio and magister, dans Britannia, 7, 1976, p. 127-133), qu’il s’agit de la même fonction, celle d’adjoint du centurion commandant la centurie, mais exercée à un stade ultérieur de la carrière ; on ne connaît en effet aucune carrière indiquant les deux postes, exception faite bien sûr des postes particuliers comme optio carceris, ualetudinarii etc, qui n’entrent pas ici en ligne de compte. À propos des optiones, on a réexaminé deux inscriptions très célèbres de Lambèse qui constituent une de nos principales source sur ce grade, la dédicace du tabularium princi[pis ?], qui est élevée par cinq optiones de la 1re cohorte, faisant supposer que celle-ci ne comptait que 5 centuries (CIL, VIII, 2555), et celle de la schola des optiones, qui donne le chiffre total de 64 optiones pour la légion et qui, si les mêmes dédicants y figurent bien comme optiones de la 2e cohorte, laisse penser, selon une hypothèse très séduisante, qu’ils ont ensuite obtenu une promotion collective dans la 1re cohorte (CIL, VIII, 2554).

5Du point de vue chronologique, on observe une évolution dans laquelle les charges administratives, qui prennent de plus en plus de place, tendent à se substituer aux charges tactiques jusqu’à permettre parfois, elles aussi, l’accès au centurionat. L’inscription du centurion M. Sabidius Maximus, que nous avions étudiée l’an dernier (AE, 1937, 101 = CIA, 153 = LIA, 165), a fait l’objet d’une révision de F. Mitthof, dans les Adnotationes Epigraphicae de Tychè (29, 2014, p. 275-276), qui rejette elle aussi, à juste titre, les restitutions proposées dans les corpus d’Albanie : mais la lecture ka(ligata), si ingénieuse soit-elle, paraît peu probable, dans la mesure où elle suppose une omission du chiffre des années de centurionat, et il vaut donc sans doute mieux s’en tenir à la vieille leçon (centurioni)ka proposée par A. Betz, le nombre d’années dans la caliga étant sous-entendu.

II. Nouvelles inscriptions relatives à l’administration de Rome, des provinces et des cités

6La deuxième heure de la conférence a d’abord été consacrée à l’étude d’une carrière sénatoriale particulièrement riche, celle de Q. Roscius Murena Coelius Pompeius Falco, le célèbre général de Trajan et consul de 108, qui avec une trentaine d’inscriptions est un des sénateurs les micux connus (voir PIR2, P 602 et en particulier CIL, X, 6231, à Terracine, et III, 12117, à Hiérapolis-Castabala). Parmi ces nombreux textes, on s’est d’abord intéressé à la base que lui a élevée à Éphèse pendant son proconsulat d’Asie (124) la colonia Flauia Neapolis de Samarie (AE, 1972, 577 = I Eph, III, 713) et dont une caractéristique intéressante est de donner une version courte de son cursus, dans laquelle ne figurent que ses gouvernements provinciaux (pour un parallèle, voir AE, 1957, 336 = IScM, II, 46, à Tomis). Comme l’a bien montré W. Eck (« Flavius Iuncus Bürger von Flauia Neapolis… », Acta classica, 42, 1999, p. 65-75), l’un des représentants de Samarie, Flauius Iuncus, était un officier équestre qui avait servi sous les ordres de Pompeius Falco quand il était légat de Judée et qui était lui-même procurateur de la province d’Asie à Éphèse, où les membres de son état-major lui ont élevé une base que nous avons aussi étudiée (AE, 1935, 167 = I Eph, VII, 2, 4112). On a ensuite analysé au contraire un exemple de cursus très développé dans une inscription découverte récemment à Caunos, en Carie, et qui pourrait dater également du proconsulat d’Asie de Pompeius Falco, bien que la perte du bas du texte ne permette pas de le vérifier (C. Marek, Inschriften von Kaunos, 136 = SEG, LI, 1514 = AE, 2003, 1706). Le texte, écrit lui aussi en grec, se caractérise par un nombre considérable de fautes de traduction, en ce qui concerne les magistratures (στρατηγικός pour praetor) comme pour les choses militaires (avec un étonnant ποικίλος, sans doute pour la couronne uallaris) ; mais il est le premier à donner le détail des décorations, qui avec trois exemplaires de chacune des catégories sont celles qui conviennent à un sénateur de rang prétorien (cf. A. R. Birley, The Roman Government of Britain, p. 114-119). Pour terminer, nous avons rappelé la glorieuse descendance de Pompeius Falco, son fils, Q. Pompeius Sosius Priscus, consul en 149 et premier patricien de la famille (CIL, VI, 1490 et 31753 = 41129), son petit-fils Q. Pompeius Senecio Sosius Priscus, le consul de 169, qui avec 38 noms détient, quant à lui, le record de la polyonymie (CIL, XIV, 3609), et sa petite-fille Pompeia Sosia Falconilla, dont les inscriptions, à Minturnes (AE, 1935, 26) et à Cirta (CIL, VIII, 7066), rappellent l’illustre généalogie, qui, par Sosius Senecio, le beau-père de Falco, remonte jusqu’à Frontin, dont celui-ci était le gendre.

7C’est encore le riche dossier d’Éphèse qui nous a fourni l’occasion d’étudier une famille de rang équestre, celle des Gavii. La base bilingue du préfet de la flotte pontique M. Gauius Bassus (AE, 1972, 573 = I Eph, III, 680) est particulièrement intéressante, puisque de manière exceptionnelle le personnage est connu dans les mêmes fonctions par la correspondance de Pline (Ep., X, 21 et 86a). Mais ce texte célèbre pose toujours de nombreux problèmes, que nous avons réexaminés. Le plus délicat est la différence entre l’état-major que Pline attribue à Bassus (1 centurion, 2 equites et 10 bénéficiaires) et les dédicants de la base d’Éphèse, qui associe 2 stratores, 3 corniculaires, 2 optiones et 1 tesserarius ; même si on admet que les stratores, nommés en tête, sont des centurions stratores et que le mot beneficiarius est employé par Pline au sens large, il reste des difficultés, qui s’expliquent peut-être par une situation exceptionnelle, mais sans doute aussi parce que les dédicants d’Éphèse ne constituent pas l’ensemble de l’officium, ou plutôt du praetorium, comme dit le texte (cf. R. Haensch, Capita provinciarum, p. 718). Un autre problème est l’origine de M. Gauius Bassus, auquel l’inscription attribue comme origo Roma et comme tribu la Palatina. La même tribu se retrouve à Éphèse dans l’inscription de P. Gauius Balbus, un officier équestre et procurateur de Chersonèse que ses administrés sont selon toute vraisemblance venus honorer dans sa patrie (AE, 1924, 82 = I Eph, VII, 3048). Comme l’a judicieusement suggéré W. Eck (Prosopographie und Sozialgeschichte, p. 368-377), ce pourrait être un frère de Bassus, et il s’agirait donc d’une famille originaire de Rome venue s’installer à Éphèse, à la génération précédente ou un peu avant. A la génération suivante, l’étude de W. Eck fait de M. Gauius Bassus le père de M. Gauius Maximus, le préfet du prétoire d’Antonin qui est resté en poste pendant une vingtaine d’années. Mais il y a à nouveau un problème d’origo, M. Gauius Maximus étant généralement considéré comme originaire de Firmum Picenum, où il est connu par plusieurs inscriptions pour lesquelles il faut alors trouver une autre explication, et aussi de tribu, si on lui attribue l’inscription AE, 1972, 169, qui indique la Ser(gia) (cf. G. Forni, Tribules, 2, G 102 ; cf. G 79). On a également étudié la carrière de M. Gauius Maximus, qui, avec une quinzaine d’inscriptions, est un des préfets du prétoire les mieux connus, surtout si on lui attribue, comme l’a suggéré F. Zevi, une inscription anonyme d’Ostie (AE, 1971, 65), qui révèle, avant son gouvernement de Maurétanie Tingitane, un cursus de primipile passé par les tribunats urbains, notamment celui des equites singulares, et après celui-ci la double préfecture des flottes de Ravenne et de Misène : cf. H.-G. Pflaum, Carrières, no 105 bis et Suppl., p. 22-23 ; W. Eck, RE, Suppl. 15, 1978, 109-110 ; M. Christol, « Préfecture du prétoire et haute administration équestre à la fin du règne d’Antonin-le-Pieux… », CCG, 18, 2007, p. 119-120.

8On s’est ensuite intéressé aux descendants de M. Gauius Maximus, M. Gauius Appalius Maximus (CIL, XIV, 2607), qui selon A. Donati (RSA, 1, 1971, p. 127-144) et W. Eck serait son fils adoptif, mais dont l’identification avec le consul de 155 reste hypothétique, et M. Gauius Crispus Numisius Iunior, consul en 185 et qui pourrait être, quant à lui, le fils du consul de 155. On a étudié la carrière de ce dernier, connue principalement par une inscription d’Antium (CIL, VI, 1556 = X, 6663) et par une base d’Éphèse, où il fut proconsul d’Asie après avoir été proconsul de Lycie-Pamphylie (AE, 1975, 795 = I Eph, III, 682). On a examiné enfin le cas du centurion M. Gauius Firmus, connu comme primipile de la IIe Italica à Lauriacum en 191 (CIL, III, 15208 = ILS, 9082 = ILLPRON, 988). Comme la dédicace qu’il élève au Genius legionis précise explicitement qu’il était originaire de Firmum Picenum et inscrit dans la tribu locale, la Velina, et comme il est par ailleurs également attesté à Firmum, où il élève la tombe de son épouse (AE, 1990, 301), il est probable qu’il était apparenté lui aussi à M. Gauius Maximus, même s’il est impossible de dire comment.

9L’exemple de M. Gauius Maximus nous a amenés à étudier quelques autres carrières de tribun des equites singulares, dont il n’existe en fait que peu de cursus. On a commencé par celle de Q. Marcius Turbo, le premier connu, vers 110, dont l’inscription de Cyrrhus a été présentée par I. Omar (AE, 1955, 225 = M. P. Speidel, Equites singulares Augusti, no 72 ; cf. I. Piso, dans ZPE, 150, 2004, p. 270-273). Pour Tattius Maximus, on a analysé les dédicaces à Hercule et à Mars élevées par les soldats libérés du service en 142 et 143, quand il était tribun de l’unité et que M. Gauius Maximus était préfet du prétoire avec Petronius Mamertinus (CIL, VI, 31150-31151 = Equites singulares Augusti, nos 14-15) : il est intéressant de remarquer, que, comme ses deux prédécesseurs Gauius Maximus et Marcius Turbo, Tattius Maximus est lui aussi parvenu à la préfecture du prétoire, signe de l’importance qu’avait le tribunat des equites singulares. On a enfin examiné le cas de Sex. Baius Pudens, connu par une dédicace à Hercule datée de 153 (AE, 1951, 184 = Equites singulares Augusti, no 30) et par une épitaphe fragmentaire de Cures Sabini (CIL, IX, 4964, qu’à la suite de Pflaum et de Dobson, Primipilares, p. 253-254, il faut lire dans l’ordre ascendant). L’information la plus notable est qu’à la différence des exemples étudiés auparavant, il n’a pas accédé à la préfecture du prétoire, mais à trois importantes procuratèles (Norique, Rétie, Maurétanie Césarienne, où il est attesté par deux inscriptions de Rapidum : CIL, VIII, 20834-20835).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bérard, « Épigraphie latine du monde romain », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016, 106-110.

Référence électronique

François Bérard, « Épigraphie latine du monde romain », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 147 | 2016, mis en ligne le 27 septembre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ashp.revues.org/1825

Haut de page

Auteur

M. François Bérard

Directeur d’études
M.
École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org